Wax

Hey,

Como va ? Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait un article axé sur la mode alors on va y remédier 😌.

Vous connaissez mon amour pour les tissus imprimés et colorés et étant donné que je suis allée au Bénin il y a quelques mois, je suis revenue avec certaines pièces en wax et c’est pourquoi qu’il me devait de vous faire un article sur ce tissu (d’ailleurs, je vous laisse aller regarder mon Haul spécial wax sur mon IG : @fabio_la). C’est parti !  

L’histoire du Wax :

Qu’est-ce que le wax ?

Même si je pense que vous en avez une idée au travers de documentaires comme celui de Flora Coquerel (Wax in the city) ou même via des expositions dans des musées (Fondation Zinsou) et par les tendances actuelles, on va tout de même faire un court historique de l’histoire du wax.

Le wax est un tissu en coton africain (parmi d’autres tissus africains) ayant des propriétés hydrophobes. Il a été vendu et est encore vendu par les Nana Benz.

Ok pause il me doit de vous parler d’un tissu africain que j’affectionne particulièrement.

Le lessi, c’est ainsi que l’on appelle au Bénin, est l’un des tissus les plus prestigieux au Bénin.

C’est un tissu africain en dentelle souvent porté pour des grandes occasions.

Bon allez on reprend le cours 😉 !

Mais qui sont ces Nana Benz ?

Ce sont des femmes d’affaires togolaises dont l’activité principale est de vendre des tissus africains ayant des slogans, couleurs et symboles dans toutes l’Afrique et hors-Afrique.

Je vous mets un lien ci-dessous d’une courte vidéo expliquant qui sont ces Nana Benz.

L’histoire des Nana Benz.

De nos jours, tout commerçant vend du wax sur le continent africain. Par exemple, au Bénin ce sont les Pakistanais qui ont presque le « monopole » de ce marché.  

Les origines du tissu

Le wax a une belle histoire : ce tissu originellement ramené par des mercenaires ghanéens, est d’inspiration indonésienne (le batik javanais). Il est principalement fabriqué aux Pays-Bas et en Angleterre pour être ensuite vendu en Afrique et hors-Afrique.

Bien évidemment d’autres marchés tels que la Chine, fabriquent également et commercialisent le wax. Certaines mamans africaines arrivent à distinguer juste au visuel les différences de qualité de wax (ceux qui proviennent d’Hollande vs ceux qui proviennent de Chine).

Savez-vous que certains tissus ont des significations ?

Même si actuellement certaines personnes y prêtent de moins en moins attention (comme moi, j’avoue…), certains tissus ont des significations par le biais des motifs afin de soit célébrer un événement (l’épiphanie ; l’Aïd ; une naissance etc) ; représenter une ethnie ou même pour prouver son amour. Pour vous dire, je me rappelle que ma mère a une robe avec des significations sur son tissu qui rend le tissu et elle encore plus belle.

Le pagne wax est aussi utilisé en tant que dot et constitue à la fois le patrimoine de certaines familles et un héritage, qui ne cesse de perdurer de générations en générations.

Aujourd’hui ce tissu est devenu trendy* et est de plus en plus présent dans les grands défilés et dans nos armoires. (*À la mode)

Designer : Elisabeth Teixeira

Lookbook :

J’ai toujours été bercée depuis ma tendre enfance par les imprimés africains donc on va dire que j’ai pas mal de pièces 😉. Je vous laisse les découvrir.

Pantalons

Jupe

Hauts

Robes

Mix & Match – Ensemble

Accessoires

Wishlist :

Honnêtement je n’ai pas de wishlist en tête car j’ai pas mal de pièces mais je sais que si je repars au Bénin, je ferais pleins d’autres tenues !

Par contre j’ai eu un joli cadeau d’un masque en tissu en wax de la designer Elisabeth.

Si vous voulez en procurer un d’ailleurs, voici son feed Instagram.

Envoyez-lui un message et elle vous répondra ! Vous pouvez la retrouver sur Vinted également : unemorueaparis.

J’espère que cet article vous a plu ! N’hésitez pas à suivre, commenter, aimer et partager mes articles. On se retrouve vite et prenez soin de vous.

J’ai coupé mes cheveux

Hey hey tout le monde !

J’espère que vous portez bien ! Bon, je pense que le titre de mon article est parlant : on va parler cheveux ahah.

En septembre dernier j’ai décidé de couper mes cheveux, ce qui a valu la surprise de nombreuses personnes. Dans cet article je vais vous expliquer pourquoi je les ai coupés, quelle sensation cela m’a donné et on finira par des témoignages de d’autres nanas ! Let’s go !

Pourquoi j’ai coupé mes cheveux ?

Mmh pourquoi pas ! Ahah en vrai, cela faisait je pense depuis 5 ans que je souhaitais couper mes cheveux mais vous savez, il y a toujours cette limite où tu hésites, paniques, à l’idée de couper tes cheveux : genre l’idée est inconcevable. J’ai longuement hésité parce que j’étais partagée entre vouloir attendre que mes cheveux poussent davantage ou de les couper.

Alors attendez faisons un rapide tour capillaire de ma nature de cheveux.

J’ai les cheveux crépus mais de type 4C c’est-à-dire très crépus demandant une bonne hydratation (crème, huile et eau) pour ne pas les casser et les assécher. Avant de les couper, je les ai longuement entretenus (bon en vrai ma mère a fait le plus gros boulot, je ne vais pas vous mentir lol), j’ai fait des coiffures protectrices (tresses, coiffure au fil) et ils poussaient très bien car oui les cheveux crépus poussent mais pas à la même vitesse que les autres types de cheveux.

Toutefois, l’année où je suis partie vivre en Allemagne j’ai décidé de tenter des aventures capillaires c’est-à-dire : faire des colorations. Je voulais absolument faire une coloration mais lorsque vous avez les cheveux noirs il faut passer par une décoloration, étape que je n’ai pas faite évidemment et du coup cela n’avait jamais pris ahah. De là j’ai remarqué que mes cheveux poussaient moins vite, je galérais à les coiffer : l’idée de couper mes cheveux revenait sans cesse dans ma tête mais je n’osais quand même pas passer cette étape.

Il a fallu 1 an après mon retour de l’Allemagne pour que je décide de passer cette étape. Septembre 2019, j’ai coupé mes cheveux par envie tout simplement.

Quelques heures après avoir coupé mes cheveux

Cela faisait longtemps que je voulais les couper et je l’ai fait et je ne regrette absolument pas (même si la boss, la madré qui m’a accompagné pour couper mes cheveux n’a cessé de dire tout le long : « Tout le travail que j’ai fait sur tes cheveux fiou… »).

Mon ressenti :

Vous avez pu le comprendre : je ne regrette absolument pas.

J’avoue que quand je suis sortie de chez ma coiffeuse, ça m’a fait tout drôle de voir ma tête avec si peu de cheveux mais j’ai ressenti une sensation de satisfaction. Très peu de personnes étaient au courant de mon changement capillaire (ni même mes frères pour vous dire ahah), ça a créé de la stupeur mais je n’ai eu que des bons retours. Bon alors au début j’ai eu des « Monsieur » (niceee…) mais ban c’est pas pour autant que je vais arrêter de les couper car ce n’est pas prévu pour le moment ! D’ailleurs, j’ai enfin fait ma coloration et j’en suis ravie !

A présent, on va passer à quelques témoignages.

Pourquoi as-tu coupé tes cheveux et quelle sensation cela t’a procuré ?

Shanna
Alors la première fois que j’ai coupé mes cheveux c’était il y a peut-être 3 ans et par ENVIE de changement. Mais pour ma deuxième fois qui a eu lieu l’année dernière, c’était surtout pour un BESOIN de changement.

@flyinglotus_

La première fois c’était juste une petite coupe courte enfin très courte sur les côtés avec de la longueur au-dessus. J’ai adoré cette coupe, mais j’aime changer de tête et donc j’ai laissé repousser. C’était plus pour une envie de changement.

Par contre la deuxième fois ahah limite si j’avais pu faire une cérémonie pour ça je l’aurais fait. Ça été un moment programmé et très important pour moi que j’ai d’ailleurs partagé avec toi en Facetime (eh mais la première fois aussi t’étais là !!). Je sortais d’une période assez floue, et difficile mentalement. J’avais un ÉNORME BESOIN de changement dans TOUT. J’ai quitté ma ville, quitté mon taff et mes cheveux. La chose la plus importante pour moi à ce moment-là, était que personne mise à part un membre de ma famille, ne coupe mes cheveux. En gros, c’était soit moi soit mon frère qui aurait eu la possibilité d’assouvir ce besoin.

Au début ça fait bizarre, car cette fois c’était vraiment du 6 millimètres sur toute la tête. J’ai clairement savouré ma première douche et shampoing sans cheveux long aha. Sur cette période j’ai eu quelques « Monsieur » au lieu de « Madame » et j’ai pensé à toutes les nanas qui subissent cette réflexion H24. Eh oh ! On est en 2020 : les filles ont les cheveux courts et portent du bleu et les mecs ont les cheveux longs et portent du rose. Il va falloir se mettre ça dans le crâne. Ok boomer !?

Aujourd’hui je suis sur ma phase de repousse (yes I want my long hair back again aha*) mais je sais qu’incessamment sous peu je reprendrais ma tondeuse et cette fois ça ne sera pas pour du 6 millimètres ! Il se pourrait que je passe sur du 3 millimètres ou du 0 millimètres lorsque je serai totalement bien dans ma vie et dans mes projets.

(* Je veux à nouveau mes cheveux longs)

Je crois que j’ai ce besoin de couper mes cheveux à chaque fois que je sens que j’étouffe et il y aura toujours un élément qui déclenchera soit ce besoin soit cette envie. C’est comme si mes poumons se trouvaient sur mon crâne. Je vois le corps humain comme un arbre : les branches et fleurs d’un cerisier sont pour moi mes cheveux crépus bouclés à reflets rouges.
Pour celles qui aimeraient mais ont peur de franchir le pas, franchement faites-le ! J’ai jamais regretté, et puis c’est que des cheveux. Ça repousse et surtout ça fait du bien dans le sens où tout ce que vous avez fait subir à vos cheveux, c’est-à-dire : lissage, coloration, permanente, etc… Tout sera complètement éliminé, ça sera la renaissance de vos cheveux.

Romy
J’ai rasé mes cheveux car je souhaitais savoir à quoi ils auraient pu ressembler sans des années d’usage de produits chimiques et toxiques à leurs égards. Même si mes cheveux étaient redevenus naturels depuis au moins 2-3 ans, je ressentais ce besoin de repartir à zéro.
@romy_fbg

J’avais l’impression de stagner en termes de pousse et surtout en termes de qualité de mes cheveux malgré leur retour au naturel.

Par excuse et par peur, j’ai toujours pensé que ce genre d’acte (se raser la tête) était réservé aux autres. Mais je me suis manifestement rendue compte que j’avais autant de courage que les autres pour faire un véritable Big Chop.

Après m’être rasée le crâne, je me suis dit « ça va, ce n’est pas si moche finalement ». J’étais comme libérée d’un poids d’une préoccupation en moins. Le challenge que je redoutais tant a été réalisé.

Après réflexion, j’ai décidé de ne pas mettre de perruque et d’assumer mon geste en toute sincérité. Chose que je ne regrette absolument pas. Cela m’a grandement apporté par la suite pour de nombreuses raisons.

Avant, ainsi, qu’après avoir coupé mes cheveux, j’ai dû faire face aux réactions négatives ainsi qu’aux doutes que certain(e)s projetaient sur moi, quant à la pousse de mes cheveux.

Les cheveux de Romy après les avoir laissés repousser

Il est essentiel de faire les choses pour nous même, car ce ne sont pas les autres qui regretterons après de ne pas avoir fait ou d’avoir essayé x ou y.

De manière générale nous n’avons de toute façon pas à douter de nos actes tant qu’ils ont été faits pour nous, par nous et en toute conscience (de causes et de conséquences) !

Karine
La coupe courte a toujours été pour moi un signe d’affirmation. Je ne me sentais vraiment pas prête il y a quelques années même si je regardais toutes ces coupes d’un œil intéressé. 
@_kreen_15

Forcément, il y a toujours cette crainte des autres « Non mais tes cheveux sont tellement beaux pourquoi les couper ? »  Exactement ce sont mes cheveux, ils repousseront donc pas de problème :).

Et puis j’ai eu un déclic : mes 30 ans et un nouveau pays et je me suis dit « Si je ne le fais pas, je ne le ferais jamais ». 

Je me suis sentie extrêmement libre après ça

Aimsé
J’ai commencé à couper mes cheveux quand j’étais en moyenne section parce que ma coupe au carré me gênait quand je faisais du sport et puis j’avais tendance à mordiller mes cheveux aussi ahah. Suite à ça j’ai continué à couper mes cheveux de plus en plus courts, tout en expérimentant pleins de coupes différentes du collège au lycée.
@koktel.sombre

Mais, j’ai rasé mon crâne pour la première fois quand je vivais sur Tours. Je t’avoue que la première fois que j’ai rasé mes cheveux ça m’a fait un peu bizarre car j’étais attachée à mon ancienne coupe où j’avais uniquement les côtés rasés et de la longueur au-dessus : ça m’a fait un petit pincement au cœur ahah.

Je les ai quand même laissés repousser après ça, histoire d’avoir mon bol mais j’ai quand même décidé de les couper à nouveau et j’ai pas forcément ressenti un gros step vis-à-vis de la société car finalement durant toute ma vie j’ai arboré des coupes courtes : il fallait juste s’adapter à des surnoms débiles donnés par des gens à la limite. En gros que j’ai 6-7 centimètres ou 0.3 millimètre sur mon crâne : on me prend toujours pour un mec 😂, donc on va dire que ça ne me change pas grand-chose. On va dire que ça attire le regard d’une autre manière, les gens vont avoir tendance à se poser la question selon ma coiffure : « Euh c’est une nana ou un mec ?! ».
Tiens petite anecdote, un jour quand j’avais les cheveux rasés, il y a un mec tout gentiment qui est venu me voir en soirée en me demandant : « Je ne veux pas te vexer mais est-ce que t’as été malade, enfin tu sors d’une chimio […] ». Du coup tu vois j’ai eu au début des regards inquiets comme des regards intrigués.

Après le côté positif d’avoir les cheveux rasés c’est de ne plus à avoir checker tes cheveux s’ils sont bien en place etc, c’est plus rapide le matin et puis t’as aussi une sensation de liberté, du genre être en marge de la société et faire différemment et de casser/bousculer les normes classiques et ça se dit j’ai peut-être poussé des gens à couper leurs cheveux. Et ça permet un détachement à toutes choses d’ailleurs !

Merci beaucoup les filles pour vos témoignages, ils sont tous géniaux. J’ai adoré les lire/entendre. Et on est toutes d’accord sur une chose c’est que l’on ne regrette absolument pas cet acte et que l’on s’est toutes senties libre !

J’espère que cela vous a plu, que celles et ceux qui hésites encore à couper leurs cheveux vont passer le cap. N’hésitez pas à partager, commenter et aimer. On se retrouve vite !  ✨

Style your turban

Hey guys! What’s up? On se retrouve cette fois-ci pour un article mode avec une tendance de plus en plus en vogue en ce moment : les turbans ou les foulards si vous voulez.

Portés à la tête, à la taille d’un pantalon ou même à l’anse d’un sac, les foulards s’installent de plus en plus dans nos dressings. Aujourd’hui, je vais vous montrer différents styles pour porter et styliser vos turbans ou même vous faire adopter la mode ! Los geht’s !

L’histoire des turbans :

Originaire de l’Asie, le port du turban à traverser les différentes époques allant des Perses qui portaient durant l’Antiquité des couvre-chefs enroulés de turban aux années 1830 où les femmes portaient des turbans décorés de plumes.

Le turban a toujours fait partie de la culture africaine également, que ce soit pour le côté spirituel du port du foulard ; ou même pour la touche finale des tenues traditionnelles que portent les mamans africaines.

Source: Stephen Tayo

Ce bel héritage a traversé outre-mer et a permis le port du turban de se démocratiser. Ils sont utilisés pour soit finir nos looks, ou lorsque nous mesdames avons la flemme de nous occuper de nos cheveux nous utilisons cette solution-miracle. Le head-wrap apparaît aujourd’hui partout que ce soit lors de campagnes publicitaires (eg. Black Up) ou même pour des marques d’accessoires (eg. The Wrap Life).

Campagne publicitaire Black’UP. Photographe: Symediane

Enfin, en ce mois d’octobre rose (campagne pour la sensibilisation du cancer du sein), le turban est également utilisé comme accessoire lors de la perte de cheveux.

Et comme vous avez pu le remarquer, j’ai utilisé trois termes différents pour parler de cet accessoire : « turban », « foulard » et « head-wrap » (en anglais) ! Bon on a fait le tour de l’historique du turban, maintenant place aux différents styles de turban avec un lookbook. Hâte de vous faire découvrir tout ça.

Lookbook :

Lookbook tissu foulard
Inspiration (1)

Inspiration (2)

Inspiration (3)

Lookbook headwrap neutre
Inspiration (4)

Inspiration (5)

Inspiration (6)

Lookbook turban wax
Inspiration (7)

Inspiration (8)

Inspiration (9)

Inspiration (10)

Et pour clôturer, quelques clichés restants.

Et bien, j’espère que ces différents lookbooks vous ont inspiré et que vous allez, qui sait, l’adopter. Peu importe la raison pour laquelle vous décidez de porter un foulard, appréciez la beauté de cet accessoire.

Merci à mes modèles, Manon, Safia, Gaby, Shanna, Dana, Nardjesse et Laurène d’avoir participé sans hésitation!

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à me suivre, aimer et partager. On se retrouve très vite pour un nouvel article.

Jeunes créateurs, part 1

Hello tout le monde ! J’espère que vous avez apprécié mon dernier article sur London. On se retrouve aujourd’hui pour un article mode qui sera principalement axé sur les jeunes créateurs, qui sont à suivre de très près 😉. Pourquoi part 1 ? Car ce thème sera fait en plusieurs volets. Hâte de vous faire découvrir l’univers de ces différents artistes. C’est parti !

Probablement ce logo ne vous parle pas mais celui-ci correspond à la marque de vêtements « Appartement Rochard » ou plus communément appelé sur Instagram « aptrochard ». A l’origine de cette marque se cache l’autodidacte Martin Rochard, jeune courbevoisien qui a lancé sa propre marque en 2014.

Son histoire :

N’ayant aucuns backgrounds dans le monde de la couture, il a appris grâce à son audace en rencontrant de nombreuses personnes faisant partie du milieu de la mode. De là, il s’est inspiré de différentes personnalités telles que les Sapeurs qu’il a pu interviewer. Je vous invite à regarder d’ailleurs son interview.

Le bagage qu’il s’est créé au fur et à mesure, lui a permis de décrocher des contacts auprès de fournisseurs lui permettant d’avoir quelques clés dans ce secteur.
Ayant jamais froid aux yeux, il entreprit son premier Fashion show en 2015 en proposant quelques pièces aux influences africaines par l’utilisation du wax comme matière.

Mais le grand tournement se fera lorsqu’il décidera de quitter la région parisienne pour s’installer pendant deux ans à Londres (et oui on en revient toujours à Londres). Alternant entre son travail chez Suprême et recherches de fournisseurs, il commença à imager sa prochaine collection ; une collection qui serait à la fois atypique et classique.
En ce mois de septembre, la concrétisation de 5 ans de travail se fera par le lancement de sa première collection sur le site « S IS FOR SHOP ».

Martin et moi sommes amis de longues dates, tellement que nous sommes devenus cousin-cousine ahah ! Comme une tradition je dirais, j’ai suivi Martin dans une de ces journées chargées comme à son habitude. Nous avons débuté la journée par la remise des pulls et des tee-shirts à la production afin de « générer un peu cash-flows dans l’entreprise » comme il le dirait. Puis nous avons terminé la journée par un shooting photo d’une partie de sa collection pour une future parution dans un magazine. Tout ceci lui permettra de gagner un peu plus de visibilité. C’est le temps d’un trajet en voiture que j’ai pu lui poser quelques questions.

Appartement Rochard :

 « Parle-nous de ta collection ! »

Ma collection, c’est ma carte de visite c’est-à-dire que mes pièces : 2 pièces en suède, un ensemble en cuir (pantalon et veste), une veste en cuir, des tee-shirts et des pulls me reflètent. Ce sont des grosses pièces qui mettent du temps à être produites et à être crée et quand on est en indépendant c’est dur car tu les fais au compte-gouttes : ce que tu gagnes c’est ce que tu peux investir et il faut tenir compte du coup des aléas de la vie et de ses ressources. Mais je n’en démords pas pour autant car elle me représente totalement d’où le fait est que je dise que c’est ma carte de visite.

« Et pourquoi pas t’associer avec une personne ? »

Alors oui mais il faut se connaître et pour le moment je n’ai pas rencontré la bonne personne qui pourrait être en adéquation avec mes idées. Après j’aimerai bien pour le moment explorer quelques collections en indépendant pour mieux la comprendre et savoir ce que je veux réellement. D’autant plus que c’est un projet qui évolue avec le temps et les moyens. Tu m’aurais dit il y a 1 an « Martin, viens tu travailles des pièces en cuir » je t’aurais dit non pas possible. Mais tu vois là, en y réfléchissant je me suis dit ouais non il faut que je design des pièces avec cette matière. Après, bien évidemment j’ai quelques pièces qui je dirais sont plus facile d’accès à la vente comme les pulls et les tee-shirts. Puis en termes de production, ça m’était plus facile de reproduire des pulls que des pièces en cuir. C’est pourquoi, il me fallait un peu de tout. Je pense que c’est un bon mixte pour un début.

« Qu’est-ce qui t’as inspiré pour cette collection de huit pièces ? »

Credit : Manuel Obadia-Wills

Ce qui m’as principalement inspiré c’est Londres et Courbevoie. J’ai fini cette collection quand j’étais à Londres.

En gros, je me suis posé la question de qu’est-ce que porteraient les personnes dans les magasins où j’aimerai être, tout en me demandant ce qu’il pourrait manquer dans ces magasins et de facto apporter ma pierre à l’édifice en me démarquant par mes pièces atypiques. Clairement ce sont les londoniens qui m’ont inspiré. Je ne te cache pas que j’ai passé pas mal de temps dans le magasin « Harrods » où au sein de cet enseigne il y a une partie consacrée au super designer et plusieurs fois je me suis dit que me faut-il pour être un jour représenté là-bas. Ma foi, affaire à suivre.

 » Still hungry for more… » –

Après avoir déposé les pulls et les tee-shirts à la production, nous nous sommes rendus sur notre deuxième lieu de rendez-vous. Nous nous sommes retrouvés dans un studio de shooting à Saint-Ouen afin que ses pièces soient potentiellement sélectionnées pour qu’elles y figurent dans un magazine.

Ce qui est bon dans ce genre de rendez-vous, c’est de prendre les avis des personnes et vous savez quoi : les pièces de Martin ont été accueillis avec beaucoup d’enthousiasme que ce soit auprès de l’équipe de shooting que des mannequins. La parution est prévue pour bientôt, stay tuned* (restez connectés).

Credit: Manuel Obadia-Wills

J’espère que ce premier volet vous a plu. N’hésitez pas à retrouver Martin sur les réseaux sociaux et à shopper ses pièces qui sont en ligne !

Pour suivre Martin sur Instagram: @martinrochard et @aptrochard.
Et si vous voulez shopper ses pièces, ça sera ici: S is for Shop.

Osez le monochrome !

Hello tout le monde, I’m back avec un nouveau look pour mon blog 😊. Je vous laisse le découvrir.

Et, on se retrouve cette fois-ci avec un article consacré à la mode !

Flashy, fashion faux-pas ou extravagant, la tendance aux tenues monochromes et à la couleur s’installe de plus en plus dans nos dressings. Exit les tenues uniquement « All Black » et place à la couleur. Dans cet article, je vous dévoile quelques looks et ma sélection de certains articles.

Histoire du monochrome :

Perçu parfois comme ringard, l’assemblage de tenue d’une et même couleur est de plus en plus présent. Toutefois les tenues monochromes ont été aperçues dans des défilés et ont fait beaucoup d’effet sur les catwalks de Vera Wang ou même de Zac Posen, apportant du glamour et du chic sur les podiums.

Probablement, vous aurez des tenues « All black » en tête, mais d’autres tons peuvent être associés.

Alors oui ça peut-être des sujets de discorde où « euh non mais quand tu me dis monochrome c’est une et même seule couleur pour moi. De la tête au pied ! » or si vous décidez de sauter le cap, privilégiez plutôt le mélange de matières de même couleur ou pour un camaïeu. Jouez sur les nuances et misez également sur des accessoires. Bien évidemment ces looks sont à adopter pour toutes les saisons tant bien que pour les femmes que les hommes. Toujours pas parlant ? Je vous laisse découvrir quelques lookbook.

Lookbook :

Voici différents looks monochromes:

Shades of grey

Le fameux « All black »

Un « All black » en cuir

Bleu marine

Jeans

Vert-Kaki

Blanc

Camaïeu de rouge

Crème

Les tenues monochromes peuvent être composées avec des imprimés également!

Rose imprimé pour des looks d’été

Tartan gris

Bien évidemment les tenues monochromes ne sont pas exclusivement réservées aux femmes mais aux hommes également.

Wishlist:

Gros coup de cœur pour cette ensemble marine venant d’ASOS.

J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à aimer, partager, commenter cet article et à me suivre.

Et merci aux modèles Manon, Safia, Shanna, Mélissa, Emeline, Héloïse, Prudence, Ben, Nathan, Randy pour avoir joué le jeu pour ce thème.

On se retrouve très vite!

Sortez la bête qui est en vous!

Aimée, controversée ou signe d’audace, la tendance à l’imprimé animal est bel et bien ancrée dans les mœurs depuis des années, voire des millénaires. Et ce n’est pas Fran Fine qui me dira le contraire. Dans cet article, je vous dévoile quelques looks et ma sélection de certains articles.

Petite histoire de l’imprimé animal :

Avant d’être utilisée en tant qu’imprimé, la peau animale était utilisée durant la préhistoire comme protection contre le froid. L’imprimé animal a commencé à faire son apparition dans la mode durant les années folles de 1920 (« Roaring Twenties ») et n’a cessé de se répandre aux quatre coins du monde.
Durant les années 50 où la mode des pin-up était présente aux Etats-Unis, en France l’imprimé animal était vu comme un article de sensualité et il fera très vite l’effet d’un mauvais chic et signe de vulgarité.
En revanche dans les années 70, l’imprimé animal est associé au phénomène punk ; mais aujourd’hui, cet imprimé est utilisé dans de nombreux défilés.

Défilé Isabelle Marant, Automne Hiver 2016-2017. Source: Tendance et Haute Couture

Signe de sensualité, de subtilité et très à la mode, l’imprimé animal est mis en avant dans tous les styles : chic, classique moderne et même street-wear. Il ne sera donc jamais indémodable !  

Lookbook :

Pour cet article, je vous propose différents Lookbook.

Les voici:

Je porte un chemisier fluide imprimé zébré chiné dans une fripe parisienne. Photographe: Fannie

Rinah porte une chemise fluide imprimé reptile de chez H&M. Photographe: Jansen (Blog: FreiherrvonJansen.wixsite.com)
Je porte ici un chemiser fluide imprimé guépard de chez Primark. Photographe: Rinah
Fany porte un chemiser et pull imprimé guépard de chez Zara. Photographe: Manon
Mélissa porte un pull imprimé panthère de chez Shein. Photographe: Elle-même (Blog: 1metre53.com)
Je porte un pantalon fluide imprimé reptile de chez H&M. Photographe: Shanna (Instagram: @viensvoir_)

Bien évidemment, l’imprimé animal est aussi utilisé dans les accessoires.

Safia porte un chouchou imprimé guépard de chez H&M. Photographe: Shanna
(Instagram: @viensvoir_ )
Nardjesse porte des bottines à talon imprimé reptile de chez Public Desire. Photographe: Moi @fabeeola

Wishlist :

Et vu que l’on n’a jamais assez d’imprimé animal dans nos armoires, je vous partage deux articles coups de cœur que je pense shopper bientôt.

J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à aimer, partager, commenter cet article et à me suivre.

Et merci aux modèles Safia, Rinah, Suzy, Fany, Mélissa et Nardjesse ; et aux photographes Shanna, Manon, Fannie, Antoine et Jansen, pour avoir joué le jeu.