Le Saviez-Vous ? Le Black Friday

New concept: Vous faire découvrir de temps en temps des artistes.
Giveon est un jeune artiste soul/R&B américain. Il a chanté aux côtés de Drake et Snoh Aalegra. Je vous laisse appuyer sur play et apprécier sa voix.

Hey hey everybody,

J’espère que vous vous portez tous bien. Alors on se retrouve à nouveau dans la rubrique « Le Saviez-Vous » (promis prochaine fois, je change de thème), dédiée cette fois-ci au Black Friday. Oui je pense que vous connaissez tous le Black Friday, ce fameux moment de l’année où l’on reçoit des tonnes de mails, messages pour nous prévenir que nos magasins préférés vont établir des réductions jusqu’à -75%.

Cette période de rabais représente 65 milliards de dollars dépensés aux États-Unis, en tout juste TROIS JOURS (wow dingue). Pour faire un parallèle avec la France, en 2019, 6 milliards d’euros ont été dépensés avec le Black Friday contre 482 millions d’euros en 2013. 70% des français veulent profiter du « Black Friday » pour l’achat d’habits, produits high-techs et accessoires et allouent un budget entre 150 et 300€. Il se tiendra cette année le 4 décembre 2020.

Les chiffres c’est bien mais j’avais envie de creuser un peu plus, de comprendre d’où vient le Black Friday. D’autant plus que l’année dernière, j’étais tombée sur cette affiche sur Instagram :

Oui, cette image attestant que le Black Friday était le jour où les esclaves étaient vendus à prix réduits.

Alors je me rappelle très bien de ma réaction :

C’est pourquoi cette année j’ai décidé de faire des recherches afin de démêler du vrai du faux. Je me suis même plongée dans la Grande Encyclopédie pour faire des recherches poussées (oui oui).

Assez parlé, passons aux choses sérieuses. C’est parti !

Black Friday et Thanksgiving

Le Black Friday se tient le jour suivant de Thanksgiving. Bien évidemment, on va faire un point sur la fête de Thanksgiving.

Thanksgiving est une fête populaire célébré le 4ième jeudi de novembre. Cette fête crée un week-end prolongé du jeudi au dimanche en Outre-Atlantique (fait rare aux États-Unis) laissant à la frénésie de la consommation avec le Black Friday qui suit afin de préparer les fêtes de fin d’années.

Thanksgiving (avec comme traduction « Action de Grâce ») a été fêtée pour la première fois au XVII siècle, en 1620, lors de l’arrivée des colons anglais dans la région de la Nouvelle-Angleterre afin de remercier Dieu des choses qu’ils avaient obtenu tout au long de l’année. Mais c’est en 1789, lorsque Georges Washington proclame que le 4e jeudi de novembre Thanksgiving sera officiellement célébrée.

Alors je ne sais pas pour vous mais moi je me souviens d’avoir étudié cette fête en anglais et souvent dans les bouquins et il était écrit qu’il y a eu une merveilleuse entente entre les colons et les amérindiens (les natifs de la Nouvelle-Angleterre), qui leur firent des offrandes et ont été même d’une grande aide pour l’installation des colons… mais ils s’avèrent que de grands massacres entre les natifs de cette terre et les colons ont eu lieu, amenant à des génocides étalées sur plus d’un siècle.

C’est pourquoi, chaque année les descendants amérindiens se recueillent en organisant des manifestations pour répandre leur histoire et faire un devoir de mémoire en rappelant que cette fête découle d’un lourd passé.

À présent revenons sur le phénomène du Black Friday.

L’histoire du Black Friday

Depuis 1950, le Black Friday s’est installé aux États-Unis et s’est peu à peu propagé dans le monde, permettant aux grandes enseignes de proposer des articles en promotions. Ces promotions sont visibles partout : sur internet, mailing, pancartes publicitaires permettant de susciter l’intérêt des consommateurs.

Néanmoins, depuis quelques temps des déclarations ont fait surface sur internet et les réseaux sociaux afin de dénoncer le lien entre l’esclavage et le Black Friday. Ces dernières revendiquent que le Black Friday correspond à une période où les propriétaires des plantations détenant des esclaves auraient eu l’occasion de vendre et/ou acheter des esclaves à prix réduits.

Des livres ont été écrit pour prouver ces dires, qui ont été ensuite relayés sur internet. C’est pourquoi des historiens et psychologues se sont penchés sur ces allégations et ont eu comme principale réponse qu’aucune concordance des dates avec Thanksgiving, le Black Friday et l’esclavage n’a pu être établie à ce jour. Alors oui, effectivement, il y a des sources qui laissent penser que c’est lié afin de préparer les récoltes dans le temps et de faire le plus grand profit (e.g Harvest Fest), mais rien ne peut le prouver.

Pour être claire et simple, on va faire une chronologie pour faire le lien de l’apparition du terme Black Friday.

En 1865, l’abolition de l’esclavage a été proclamé dans certains états américains. Puis en 1869, ce fut la première apparition de l’expression « Black Friday ». Et oui, les amis cela fait depuis 1869 que ce terme a été introduit et surtout quatre ans après l’abolition partielle de l’esclavage. C’est lorsque Jay Gould et James Fisk ont décidé de faire monter le prix de l’or sur les marchés américains, que l’économie américain s’est vu ralentir menant à une crise économique, le vendredi 24 septembre 1869, ce qui a été un « vendredi noir | Black Friday » pour l’économie américaine.

On va laisser à présent 82 ans s’écouler, pour arriver en 1951. Nous sommes dans l’ère des Trente Glorieuses et de l’économie post guerre mondiale. L’économie bat son flot. On arrive au fameux quatrième jeudi de novembre qui annonce un long week-end pour certains salariés. C’est à ce moment là que les employeurs de magasins affichant des prix cassés sur leurs devantures, qualifient le vendredi suivant Thanksgiving, de « Black Friday » dû aux pluies d’arrêts maladies successifs des employés. Il est rare de pouvoir avoir un long week-end aux États-Unis alors de nombreux employés posaient des arrêts maladies afin de profiter de ces quatre jours de repos consécutifs.

Last but not least (le dernier mais pas des moindres), l’expression « Black Friday » a surtout été propagé et propulsé en 1960 aux États-Unis par les officiers de police pour désigner les routes et boutiques bondées de personnes. Dès lors ce fut l’essor et l’ancrage du terme.

Par ailleurs, cette période où les prix sont en grand rabais permettent aux commerçants d’arrêter d’être en déficit, leur permettant d’écrire dans leur livre des comptes les bénéfices au crayon noir, délaissant le crayon rouge dédié aux déficits.

Au fil des années, l’expression a été jugée péjorative alors des tentatives ont été faites pour changer l’expression par « Crazy Friday (vendredi fou) », « Big Friday (grand vendredi) » mais en vain, ces autres termes n’ont pas eu de succès.

Alternatives pour contourner le Black Friday

Depuis 2017, un autre phénomène a pris place : le Green Friday.

Source: Green Friday

Le principe est simple : l’idée est de boycotter le Black Friday et éviter de consommer pour consommer et/ou de revoir ses achats afin de contribuer et de réduire l’empreinte environnementale. D’ailleurs, le collectif Green Friday aide les consommateurs à faire des achats éco-responsables durant cette période mais également sur du long terme. Certaines entreprises se sont associées au collectif avec comme objectif de reverser 10% de leur chiffre d’affaires lors du Green Friday envers des associations et de ne pas réaliser de promotions durant l’année.

D’autres alternatives peuvent être prises afin de ne pas succomber au Black Friday : – en soutenant les petits commerçants locaux en achetant chez eux ; – en achetant de second-main via des plateformes dédiées ou en magasin.

Ce que l’on doit retenir

– Thanksgiving est célébré le 4e jeudi de novembre (oui c’est toujours bon à savoir, vous pourrez le ressortir à un dîner).

– Le jour suivant Thanksgiving est le lancement du « Black Friday », jour de grand rabais dans différentes enseignes et ce depuis 1950.

– La période du « Black Friday » n’a pas de lien prouvé à ce jour avec l’esclavage. En effet, aucune date n’entre en concordance avec les dates historiques.

– Depuis 2017, des mouvements anti Black Friday ont surgi afin de dénoncer la surconsommation des consommateurs impactant énormément l’environnement durant cette courte période.

– Chaque année les amérindiens commémorent la disparition de leurs ancêtres.

On arrive à la fin de cet article. Alors vais-je dépenser pendant ce Black Friday ? Je ne sais pas du tout. J’ai plutôt envie de soutenir des petits commerçants locaux puisqu’à présent leur réouverture est possible en cette période de pandémie. Après je ne suis pas à l’abris d’un craquage, je l’avoue.

J’espère que vous avez appris pleins de choses avec cet article. N’hésitez pas à aimer, partager et commenter mon article ! On se retrouve vite. Prenez soin de vous ! 😌

Sources :

Échos Judiciaires Girondins. “‘Green Friday’, la réponse au Black Friday ?,” November 22, 2020. https://www.echos-judiciaires.com/actualites/green-friday-la-reponse-au-black-friday/.

Green Friday. “Le Green Friday: évènement citoyen anti-Black Friday.” Accessed November 24, 2020. https://greenfriday.fr/.

Leboucq, Fabien. “Le « Black Friday » a-t-il un rapport avec l’esclavage ?” Libération.fr, November 27, 2017. https://www.liberation.fr/checknews/2017/11/27/le-black-friday-a-t-il-un-rapport-avec-l-esclavage_1612889.

Podcast – D’où vient le Black Friday ? –   Mourir moins con, Prisma Media

“Thanksgiving, Fête Américaine.” Accessed November 20, 2020. https://wallstreetenglish.fr/blog/culture/fete-americaine-thanksgiving.

“Thanksgiving : origine de la fête américaine.” Accessed November 20, 2020. https://www.histoire-pour-tous.fr/dossiers/4703-origine-et-histoire-de-thanksgiving.html.

“Truth About Black Friday Slavery Myth.” Accessed November 20, 2020. https://blackfridayhistory.com/true-history/truth-about-black-friday-slavery-myth/.

Youtube – Native American Girls Describe the REAL History Behind Thanksgiving | Teen Vogue

Le Saviez-Vous?

Hello la communauté ? Comment allez-vous en ce deuxième confinement ? En tout cas, j’espère que vous vous portez bien. Comme la tradition le veut, j’ai disparu de mon blog pour mieux revenir pendant cette période de confinement. C’est pour voir si vous êtes toujours aussi fidèle à me lire hihi (ou juste une grande flemme s’est installée 🤪). Du coup, pour inaugurer ce retour j’ai décidé de lancer une nouvelle rubrique en plus des trois autres. Alors mesdames et messieurs, dites bonjour à la rubrique « Le Saviez-Vous ».

Concept :

En gros l’idée est de vous sortir un article général d’un sujet afin que l’information puisse être diffusée en essayant au mieux de déceler les bonnes informations des fakes news. Pour le moment, j’aimerais que ce soit des articles assez courts où toutes les informations nécessaires soient concentrées de manière la plus neutre (je l’espère). On parlera des faits actuels mais également passés. J’essaierais d’en publier assez souvent mais je ne garantis rien. Puis peut-être à la longue, je transformerais cette rubrique en un podcast (faites pas semblant, j’ai une superbe voix… ou pas lol).

Pourquoi ?

2020 essaie d’avoir notre peau, on ne va pas se mentir. Et ces derniers mois ont été intenses avec la pandémie mais également avec tous les mouvements #blacklivesmatters #women #freeughyurs #endsars et tant d’autres. Et justement c’est sur le tant d’autres auquel je souhaiterais insister. Certains mouvements ont pris de l’ampleur via les réseaux sociaux certes mais ont été très éphémères, ne laissant pas le temps de comprendre réellement dans quel but ils ont été initiés. Ou encore même, ces mouvements ne sont pas mis en lumière dans les grands journaux télévisés, pas réellement étonnant à vrai dire.

Je pense que cette rubrique permettra de véhiculer des informations qui nécessitent d’être mis en avant.

Bon assez blablater, passons à présent à mon premier article « Le Saviez-Vous #challengeaccepted »

Leggo1 #challengeaccepted :

Il y a quelques mois, j’ai reçu dans mes messages Instagram, un joli message de @lillimatilda.

By the way, you all need to go and read all articles of her. She is Finnish, we spent quality times together in Erasmus and she is a blogger. She gives important advices concerning personal development. She is incredible as a human being and as a writer also. Thank you to challenge me with your sweet message. Let us get back to the article.

Ce message était beau : il montrait la reconnaissance de la place et le soutien d’une femme à une autre. À la suite ce message, il fallait poster une photo de soi-même en noir et blanc sur Instagram, en incluant l’hashtag #challengeaccepted.

Source: News18.com

Néanmoins, cela faisait quelques jours que je voyais tourner ce fameux hashtag « challenge accepted » sans comprendre à quoi il correspondait ! J’ai mis d’ailleurs beaucoup de temps avant de le comprendre. J’avais fait des recherches mais rien de concret et un jour je suis tombée sur un post Instagram de @blackbeautybag qui a expliqué le mouvement de manière tellement concrète que je me suis dit qu’il fallait que je vous fasse un article. 

(1: C’est parti! Abréviation de « Let us go »).

Qu’est-ce que le #challengeaccepted?

Cet hashtag a été lancé par des militantes turques pour dénoncer les violences faites aux femmes dans leur pays. Selon les informations turques, en 2019, il y a eu 474 femmes tuées dues aux violences. Le nombre risquerait d’être en augmentation en 2020 en partie due au confinement.

Source: What’s the real story behind those #challengeaccepted photos – Global Citizen

Initialement, le mouvement #challengeaccepted a été lancé afin de rendre hommage aux femmes décédées, ces dernières faisant la UNE des journaux turcs par leur photo en noir et blanc. Le mouvement a pris davantage d’ampleur par le récent de décès d’une jeune turque (Pinar Gültekin) afin de sensibiliser aux violences conjugales existantes encore au 21ième siècle. 

Source: #Challengeaccepted. The « Challenge » is being a woman in Turkey – The Lazy Woman

Pour faire un parallèle en France, selon Noustoutes.org, en 2019, 149 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Le 2 novembre 2020, 79 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. 

Ce que le message du mouvement souhaite transmettre est qu’en mettant une photo de chaque femme en noir et blanc, celle-ci aurait pu être la victime. Il met également en avant la solidarité des femmes envers celles qui subissent des violences conjugales.  

Comment faire des actions ?

1/ Un peu dans la même veine du mouvement « Black Lives Matter2 », des actions peuvent être faites via des pétitions ! 

Signer une pétition peut aider à faire avancer des choses, alors n’hésitez pas à signer et à partager les pétitions autour de vous. 

Je vous glisse une pétition ci-dessous :

2/ Ensuite, s’informer de ce qu’il se passe : que ce soit en Turquie, en France, en Afrique ! L’information est partout, sur internet, dans les journaux, dans les livres alors prenons tous le temps de se rendre compte de ce qu’il se passe réellement dans la vie de tous les jours tout en discernant le vrai, du faux. Je vous laisse quelques Instagram qui véhiculent des informations importantes (de manière générale) : 

3/ Parler de l’actualité à son entourage afin de propager les informations !  

(: « La vie des noirs compte »).

Quelques photos de femmes qui m’inspirent

J’ai voulu alors moi aussi participer à ce challenge (oui 20 ans après mais bon ça passe) mais sous une autre manière, en partageant les femmes qui m’inspirent et se battent chaque jour (et celles qui m’ont inspiré 🕊) pour des principes fondamentaux. Elles sont formidables, fortes et incroyables. Merci d’être vous mesdames, d’être des alliées importantes dans ma vie : vous êtes toutes des girl-boss.

J’espère que cet article vous permettra de mieux comprendre ce challenge qui a tourné pendant ces dernières semaines.

Et à vous mesdames, continuons à rester solidaires entre nous 🤜🏾🤛🏼. 

N’hésitez pas à aimer, partager, commenter et liker mon article ! On se retrouve vite. Prenez soin de vous ! 😌

Style your turban

Hey guys! What’s up? On se retrouve cette fois-ci pour un article mode avec une tendance de plus en plus en vogue en ce moment : les turbans ou les foulards si vous voulez.

Portés à la tête, à la taille d’un pantalon ou même à l’anse d’un sac, les foulards s’installent de plus en plus dans nos dressings. Aujourd’hui, je vais vous montrer différents styles pour porter et styliser vos turbans ou même vous faire adopter la mode ! Los geht’s !

L’histoire des turbans :

Originaire de l’Asie, le port du turban à traverser les différentes époques allant des Perses qui portaient durant l’Antiquité des couvre-chefs enroulés de turban aux années 1830 où les femmes portaient des turbans décorés de plumes.

Le turban a toujours fait partie de la culture africaine également, que ce soit pour le côté spirituel du port du foulard ; ou même pour la touche finale des tenues traditionnelles que portent les mamans africaines.

Source: Stephen Tayo

Ce bel héritage a traversé outre-mer et a permis le port du turban de se démocratiser. Ils sont utilisés pour soit finir nos looks, ou lorsque nous mesdames avons la flemme de nous occuper de nos cheveux nous utilisons cette solution-miracle. Le head-wrap apparaît aujourd’hui partout que ce soit lors de campagnes publicitaires (eg. Black Up) ou même pour des marques d’accessoires (eg. The Wrap Life).

Campagne publicitaire Black’UP. Photographe: Symediane

Enfin, en ce mois d’octobre rose (campagne pour la sensibilisation du cancer du sein), le turban est également utilisé comme accessoire lors de la perte de cheveux.

Et comme vous avez pu le remarquer, j’ai utilisé trois termes différents pour parler de cet accessoire : « turban », « foulard » et « head-wrap » (en anglais) ! Bon on a fait le tour de l’historique du turban, maintenant place aux différents styles de turban avec un lookbook. Hâte de vous faire découvrir tout ça.

Lookbook :

Lookbook tissu foulard
Inspiration (1)

Inspiration (2)

Inspiration (3)

Lookbook headwrap neutre
Inspiration (4)

Inspiration (5)

Inspiration (6)

Lookbook turban wax
Inspiration (7)

Inspiration (8)

Inspiration (9)

Inspiration (10)

Et pour clôturer, quelques clichés restants.

Et bien, j’espère que ces différents lookbooks vous ont inspiré et que vous allez, qui sait, l’adopter. Peu importe la raison pour laquelle vous décidez de porter un foulard, appréciez la beauté de cet accessoire.

Merci à mes modèles, Manon, Safia, Gaby, Shanna, Dana, Nardjesse et Laurène d’avoir participé sans hésitation!

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à me suivre, aimer et partager. On se retrouve très vite pour un nouvel article.

TALK : Shanna

Holà tout le monde 😊,

On se retrouve pour une nouvelle session « Talk ». Cette fois-ci, elle est consacrée à ma soul sister Shanna, qui m’a gentiment posé la question « Mais Fabi, pourquoi tu veux m’interviewer ? ». 
Alors je vais y répondre, j’aime cet échange qu’il peut y avoir et je trouve que les femmes sont particulièrement inspirantes et j’ai surtout envie de promouvoir tous les aspects possibles que font mon entourage. Alors oui on débute par la facilité c’est-à-dire mon entourage le plus proche mais surtout ça vous permet de découvrir les perles qui s’y cachent.

A présent, je vous laisse découvrir son univers. C’est parti !

Fiche d’identité:

Prénom: Shanna
Personnalité: Curieuse, créative, aventurière.
Hobbies: Danse, photographie, musique, voyages, vidéo.

Hey hey Shanna. Je te remercie pour ta participation à ce talk. Il me tarde d’en savoir plus sur toi.
Shanna, qui es-tu?

Olà, je m’appelle Shanna j’ai 26 ans et je viens d’Orléans. Petite ville très jolie et mignonne, j’adore ma ville d’origine mais j’ai ressenti le besoin de la quitter pour voir ce qu’il y avait plus loin. Du coup j’ai déménagé dans la banlieue parisienne, on peut dire que je suis une « presque-parisienne » ahah. C’est ce qu’il m’a surtout motivé à déménager sur Paris c’est le côté artiste que Paris détient, cette ville bouillonne. Après il y a le travail également car l’art coûte cher du coup un boulot est nécessaire.

Côté personnalité, je suis très curieuse mais ce n’est pas de la curiosité malsaine, plutôt du style à aimer à apprendre et comprendre (bon parfois j’avoue ce n’est pas toujours bon). Je me trouve marrante, je me fais rire donc je pense que je suis marrante. Après je suis quelqu’un de très pétillante, dynamique dans le sens où je ressens toujours le besoin de bouger, de faire quelque chose et ça a ressorti en moi un caractère de rêveuse qui m’aide énormément pour ma créativité qui va être atypique. Je ne vais pas forcément au bout de mes créations et c’est en grande partie pour ça que j’ai décidé d’aller sur Paris pour pouvoir accéder à toutes les ressources possibles et aider à développer ce côté-là de ma personnalité.

Après une petite partie de moi est timide de temps en temps mais une fois à l’aise, cette facette s’envole.

Globalement, je suis quelqu’un qui aime la vie et qui veut lui donner quelque chose en y laissant une trace et si je m’en donne les moyens, j’y arriverai ! Puis je suis pas mal entourée et ça aide énormément.

Tu as de multiples hobbies dont deux qui sont très présents dans ta vie : la danse et la photographie. Dis-nous en plus !

J’en ai plusieurs en réalité, dont une que tu as cité qu’est la danse mais qui est en complémentarité avec la musique. Genre ces deux-là je ne peux pas les dissocier : j’adore tout autant danser, qu’écouter de la musique. Je ne fais pas de musique, ni d’instruments même si j’avoue que ça ne me déplairait pas de faire des productions musicales mais vraiment pour moi la danse va avec la musique et la musique va avec la danse. Vraiment, je pense que ça ne m’est jamais arrivé d’écouter de la musique sans faire quelques pas de danse. Pour moi, la musique amène mon mouvement. Et ça depuis toute petite.

Après il y a trois-quatre ans, j’ai commencé à développer une passion pour la photographie.

J’ai eu la chance d’acquérir d’un très bel appareil photo et j’ai commencé à prendre un peu tout en photos. Alors oui, on peut le faire avec nos téléphones mais ce n’est pas la même sensation qu’avec un appareil photo dans le sens où tu peux zoomer/dé-zoomer, cadrer et capter beaucoup plus de choses avec un appareil. Du coup, je me suis également mise à la vidéo car je me suis vite rendue compte que j’aimais beaucoup filmer les mouvements des personnes, c’était un peu comme un challenge dans le sens où avec les photos les personnes sont statiques alors que lorsque je filme quelqu’un j’essaie toujours de faire en sorte de suivre la personne, ce qu’il fait que je suis toujours en train de « danser » derrière ma caméra en faite parce que je veux que les personnes qui vont regarder cette vidéo puissent avoir ce sentiment « Aaaah ouais, j’ai envie de danser là ». J’ai envie de partager au maximum ce moment-là.

Après j’ai d’autres passions comme les voyages. Je n’en ai pas fait beaucoup mais j’aime être dans la préparation d’un voyage, me retrouver dans un aéroport ou dans une gare avant de partir découvrir une autre culture ! Je trouve que c’est une belle sensation. D’autant plus que les voyages permettent d’apprendre beaucoup de choses.

J’adore ton monde mais ça tu le sais déjà et d’ailleurs nous nous sommes rencontrées par notre passion commune pour la danse. T’es l’une des nanas qui m’inspire pas mal également surtout pour ton côté « libre ». D’ailleurs à quel point ça t’es important d’être libre ?

Sans liberté, il n’y a pas de vie ! Genre je croque ma vie à pleine dents, et c’est ça qui me permet d’être libre à 1000%. Et je pense que si demain on me retire ma liberté, bah je n’aimerai pas la vie de la même manière, du coup hors de question que quelqu’un décide de se l’approprier. En vrai ma liberté c’est comme un très bon pot Nutella et c’est comme si quelqu’un décidait de me retirer ce pot de Nutella et de m’en donner de temps en temps… et beh hors de question ahah.

Non mais réellement, ce côté libre m’est très important surtout dans ce monde où l’on sait que tout le monde n’a pas cette chance où par exemple certaines femmes n’ont pas la chance d’avoir toutes les libertés. Du coup, ça m’est important d’être libre mais surtout d’être une femme libre.

À la vue de ton attrait pour la liberté, tu voyages dès que tu en as la possibilité ! As-tu eu un voyage coup de cœur ? Et pourquoi ?  (Mes intuitions vont vers Nice et la Guadeloupe).

Alors oui, tu m’as demandé un coup de cœur voyage mais honnêtement j’en ai eu deux. Hambourg et Nice.

Hambourg

Hambourg pour son architecture, ses rues, son espace et les rencontres que je me suis faites. En plus il faisait beau quand j’y suis allée et j’adore tout ce qui est nature et j’ai été comblée à Hambourg.

Et Nice, c’est surtout pour sa luminosité genre le soleil il passe nickel avec Nice ahah, ça se reflète très bien sur les murs, puis les rencontres que j’ai faites ont joué également.

Alors tu as eu la bonne intuition pour Nice mais pas pour la Guadeloupe eheh parce que tout simplement la Guadeloupe je ne peux pas la classer, c’est mon pays, c’est ma vie, c’est chez moi quoi. Puis il y a l’Amour de ma vie qui vit là-bas, ma mamie.

Après s’il faut vraiment faire un choix entre mes deux pays/villes coup de cœur, je dirais Nice.

As-tu une petite histoire à nous partager ?

Quand je suis retournée sur Orléans après mes deux années de danse, j’ai commencé à travailler et mon corps n’était pas forcément habitué à tous les nouveaux mouvements que je faisais genre il était plutôt habitué à 8 heures de danses et avec le travail j’ai commencé à avoir des douleurs insoutenables. Du coup, mon frère m’a conseillé un ostéopathe.

Première séance faite : top, ostéopathe hyper sympa et tout. Je suis pas du genre à prendre rendez-vous chez le médecin, mais étant donné que la douleur persistait j’ai repris un deuxième rendez-vous. Réellement je ne remercierais jamais assez cette personne parce qu’en l’espace de deux séances, il a réussi à voir des choses que moi-même je n’arrive pas à voir encore. Puis il a fait quelque chose envers moi qui m’a beaucoup touché, et je n’oublierai jamais : il m’a fait cadeau d’un espace de danse dans son cabinet. Il avait une partie dans son cabinet qu’il n’utilisait pas vraiment et il me l’a clairement confié en me donnant les clés de son cabinet. La seule chose qu’il m’a fixé c’est un horaire à respecter pour venir m’entraîner et de ne pas invité de personnes. Du coup pendant presque 1 an, après le boulot, j’allais là-bas et je m’entraînais.

Bizarrement à chaque fois que j’y allais, j’étais là « C’est sûr, un jour il me demandera quelque chose ». Et en fait, il ne m’a jamais rien demandé mais quand je vous dis jamais c’est jamais. Il a juste toujours cru en moi et j’ai trouvé ça réellement touchant et cool. Quelqu’un qui me connaît à peine et qui a appris à me connaître au cours des séances, m’ai fait confiance et m’ai donné quelque chose m’a énormément aidé. Ça m’a permis de m’entraîner dans les bonnes conditions parce que bon je m’entraînais dans ma chambre mais je me prenais des murs, des portes même si ça m’apprenait à gérer mon espace c’était relou à force ahah.

Ce n’est pas forcément l’histoire qui m’a le plus marqué dans ma vie mais c’est surtout que ça m’a permis de me montrer que dans ce monde où il y a des fois des personnes mauvaises (sur lesquels je suis pas mal tombée), et bien il y a quand même des personnes avec une belle âme.
Et aussi, je me souviens qu’on s’était fixé une date à laquelle je devais lui rendre les clés et j’y suis allée, on a papoté pendant presque 30 minutes (alors qu’il avait un rendez-vous juste après), et il m’a dit « non mais les clés tu les gardes jusqu’à temps que tu partes d’Orléans. Profites-en jusqu’à temps que tu en as l’opportunité ». Du coup, j’ai gardé les clés jusqu’au moment où je suis partie d’Orléans pour Paris.

Ça m’a permis de ne pas baisser les bras sur ma passion, je ne le remercierai jamais assez et je souhaite à tout le monde de tomber sur ce genre de personnes.

Merci pour ce témoignage. Quel serait ton conseil d’ailleurs ?

Parlez, honnêtement hésitez pas à parler de vous à votre entourage et même aux personnes que vous ne connaissez pas forcément. Parce qu’en soit, vous ne savez pas quelle opportunité il peut y avoir. Puis vendez-vous, genre faites votre promotion en croyant en vous, c’est important. Donc parlez de vous !

Merci pour ce conseil et merci à nouveau Shanna de nous avoir partagé tout ton univers. J’ai été ravi de t’interviewer !
Vous pouvez retrouver Shanna sur Instagram via son jolie feed « @flyinglotus_» et son compte pro « @viensvoir_ ». 

Nous, on se retrouve très prochainement pour un nouvel article. N’hésitez pas à me suivre, commenter, aimer mes articles. Et d’ailleurs, vous pouvez me suivre sur mon compte Instagram « @fabio_la ».