TALK: Call me IBK

Olá, olá

J’espère que vous vous portez tous bien ! On se retrouve pour une nouvelle session « Talk » avec une Youtubeuse. J’ai adoré l’interviewer et pour les prochaines nanas qui vont être interviewées : no pressure quand vous recevrez le talk : j’adore quand on me répond de la manière la plus naturelle !

Bon venez d’abord je vous raconte l’histoire de comment je l’ai découverte !

Franchement le pouvoir des réseaux sociaux, c’est fou quand même. Non mais que je vous explique : vu que nous sommes tous entrés dans la période du confinement (#socialdistancing), je pense que vous avez dû voir que pas mal de personnes se sont mises sur Tiktok (j’ai créé un compte Tiktok but… I still don’t get it* 😂 ! (*Je ne comprends toujours pas !) Mais si vous voulez me retrouver sur Tiktok : @fabio_la1 😉).
Un jour, je flânais sur Tiktok puis je suis tombée sur le compte de « Call me Ibk » et j’ai vu par sa biographie qu’elle était youtubeuse et curieuse que je suis, j’ai décidé de faire un tour sur sa page YouTube ! Et bien les amis, je n’ai pas été déçue d’y avoir fait un tour et je me suis dit qu’il fallait absolument que je lui demande si elle était d’accord pour que je puisse l’interviewer. Je l’ai contacté via Instagram et elle a accepté avec plaisir !

Je vous laisse donc découvrir Call me IBK.

Fiche d’identité :
Prénom : Edwige a.k.a Call me IBK
Personnalité : Simple, équité, pétillante
Hobbies : Food, voyages, films, vidéo YouTube

Hello Edwige ! Très contente et hâte de pouvoir découvrir et faire découvrir ta personnalité et ton travail. Tout d’abord, qui es-tu ?

Je m’appelle Edwige, j’ai 23 ans et je suis étudiante en Master 1 Management commercial – Supply Chain. Franchement mes études me plaisent énormément car ça va me diriger vers un métier où je devrais être organisée et ça me plaît car c’est un trait de caractère qui me reflète. Je suis quelqu’un d’assez casanière et timide il faut le dire mais j’aime bien découvrir des choses avec mon entourage proche quand c’est nécessaire et je tiens énormément à l’équité : j’aime bien être juste et aider les personnes également.

J’aime beaucoup les voyages. Depuis que j’ai 19 ans, j’essaie de faire un gros voyage par an en visitant des pays en Europe et hors-Europe. Puis j’aime beaucoup les films qui abordent tous les sujets (comme Inception ; The Accountant, 300 …)

Puis enfin je suis moi écoutes, Call me Ibk voilà quoi !

J’adore les valeurs que tu portes. Dis-moi, d’où t’es venue l’envie de créer une chaîne YouTube ?

Alors il arrive parfois que je « m’ennuie » dans ma vie et j’ai toujours eu cette envie de lancer ma propre chaîne. Honnêtement si je ne dis pas de bêtises ça remonte depuis le lycée que j’avais cette envie de lancer ma chaîne ; et surtout la plupart du temps je ne regarde pas la télé, très peu Netflix, mais plutôt des vidéos YouTube : clairement YouTube est ma télé donc au bout d’un moment je me suis dit « Eh viens moi aussi je fais des vidéos ». J’ai toujours regardé des stories-time de nanas comme par exemple une Youtubeuse canadienne, dans l’idée d’apprendre petit à petit l’anglais, à ce que mon oreille s’adapte à la langue anglaise et en plus, ses stories-time étaient tellement drôle que je me disais « Eh mais moi aussi j’ai envie de faire une chaîne YouTube en faite » sauf que bah j’avais pas grand-chose à raconter.

Mais pourquoi pas moi ?

Puis surtout quand j’ai vu que tu pouvais être rémunéré via la plateforme YouTube, je me suis « Moi aussi j’ai envie de faire une chaîne ».

IBK en plein tournage à Londres

Je trouve que c’est un bon passe-temps : ça prend tes journées, du temps et faire quelque chose d’artistique en faisant tout le processus derrière c’est-à-dire : prendre la vidéo, faire le montage en mettant des passages drôles pour qu’il y est du rythme et surtout captiver l’audience etc, je trouve ça réellement quelque chose de bien !

Au début je voulais faire une chaîne YouTube axée sur la beauté (la coiffure, make-up), conseil (story-time) et voyage mais finalement j’ai plus fait un thème général et c’est pour ça que lorsque tu vas venir sur ma chaîne YouTube, tu verras qu’il n’y a pas de ligne directive. D’autant plus que j’ai commencé par des vlogs et je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas autant d’audience puis pour pouvoir faire des vlogs, il faut faire des voyages et avoir les moyens et surtout du TEMPS ! Donc voilà, je me suis dit je fais ce que j’aime voir/faire, et ensuite je retranscris ça !

Finalement c’est à force de regarder les autres sur YouTube que je me suis dit « Mais pourquoi pas moi » !

Bien évidemment, j’ai parcouru ta chaîne YouTube : honnêtement abonnez-vous tout simplement ! Il y a beaucoup d’humour, c’est convivial et des sujets croustillants. D’ailleurs, il y a deux vidéos que j’ai particulièrement adoré : « Ce que les filles n’assument pas » et « Note moi de 1 à 10, public interview » !

As-tu eu des critiques positives comme négatives sur « Ce que les filles n’assument pas ».

Tout d’abord, merci parce que ce sont les deux vidéos que j’ai aimé le plus. C’est vraiment ce type de vidéos et de rendus que je veux sur ma chaîne. Et d’ailleurs, je crois que ce sont les deux vidéos qui ont le plus marché sur ma chaîne.

Concernant les critiques positives/négatives, écoutes je les ai pas forcément perçues en revanche je voulais vraiment mettre en avant qu’il ne faut pas avoir honte de certains actes les filles, que toutes ce que vous faites bah on le fait toutes et que vous n’êtes pas si exceptionnelles que ça 😂. Non en vrai, n’ayez jamais honte de ce que vous faites et de qui vous êtes tout simplement.

Et est-ce que tu as eu de l’appréhension en tournant ton public interview ? (Du style ils vont me prendre pour une folle).

Ah’lala, tu vois cette vidéo je l’ai tourné à Londres car comme je te l’ai dit je suis timide et je me sentais pas capable de tourner la vidéo sur Paris car hum les parisiens sont sauvages. Quand je suis arrivée à Londres, les gens m’ont dit « People from France are so rude | Les Français sont impolis/durs » et c’est vrai. On est tellement sauvage, tu vois la vidéo je pense que si j’avais été amenée à la tourner sur Paris j’aurais joué un rôle, en mode « Fake it to you make it ­| Faire semblant » pour camoufler tout le stress et ne pas fait ressentir la peur en public.

Mais clairement quand j’ai tourné la vidéo, je tremblais, j’avais peur d’arrêter les gens et qu’ils refusent de me répondre, qu’ils m’envoient balader mais finalement de faire la vidéo à Londres c’était plus simple dans le sens où je les voyais une fois et plus jamais. En plus j’ai cette impression que lorsque je parle anglais, tout passe mieux. Après oui j’ai eu énormément d’appréhension : la vidéo je l’ai tourné en deux fois car le premier jour il y avait très peu de monde et ils étaient dans le speed et le peu de personnes qui se sont arrêtées dès que je leur tendais le micro, je tremblais lol ! La timidité quoi. Mais en revanche la deuxième vidéo, j’ai été aidée par des amis et ça été un peu plus fluide. Mais ouais clairement j’étais flippée mais les londoniens sont adorables et ont été réceptifs et si c’était à refaire, je le ferais !

Ahah et pourtant tu semblais tellement détendue !

Comme tu le sais, c’est par Tiktok que je t’ai découverte et faut le dire : tu gères pas mal ! Faudra m’apprendre d’ailleurs. Mais est-ce que ça t’a permis d’avoir plus visibilité sur ta chaîne YouTube ?

Et bah non en faite, c’est un fail pour le moment ! Parce que je suis allée sur Tiktok en voyant que c’était drôle et étant donné que je suis nouvelle sur YouTube, je me suis dit qu’il me fallait de la visibilité partout sur les réseaux sociaux notamment sur Instagram où il faudrait que je prenne plus de photos etc. Puis tu as vu je ne suis pas une Youtubeuse beauté, du coup j’ai l’impression que lorsque tu démarres sur YouTube et que tu n’es pas de cette catégorie-là : c’est un peu plus difficile d’avoir plus de visibilité. C’est pourquoi que j’ai commencé à être sur tous ces réseaux mais tu vois la vidéo qui a le plus fonctionné sur Tiktok c’est celle où l’on ne voit même pas mon visage🤷🏾 et le but principal était que tous mes abonnés que j’ai sur Tiktok aille voir ma chaîne et finalement ça n’a pas fonctionné tant que ça.

Donc à moi en soit de travailler plus mes vidéos Tiktok où je mettrais en avant un logo YouTube pour que les gens soient plus tentés de découvrir mon feed et éviter qu’il swipe vite à autre chose.

Je te comprends totalement, la visibilité des réseaux sociaux pour YouTube ou même un site quel qu’il soit est une plus-value !

 J’ai vu que tu as fait pas mal de voyages et que tu as vécu à Londres. Dis-nous en plus sur certaines de tes expériences à l’étranger !

Alors j’ai été en Espagne : à Ténérife et à Barcelone lors d’un voyage scolaire : magnifique voyage où j’ai visité tout Barcelone.

J’ai été à Malte, au Maroc avec des copines et au Bénin pour la première fois l’été dernier.

Je suis allée au Bénin avec ma famille pour la première fois où j’ai principalement rendu visite à ma famille. J’ai visité quelques lieux comme Ganvié, Ouidah, le stade de l’Amitié, le marché Dantopka et j’ai été au Togo aussi. J’ai hâte de pouvoir repartir mais cette fois-ci seule je pense.

Photo du passage au temple des Pythons à Ouidah

Et enfin j’ai vécu à Londres. J’y suis allée pendant un an car à la fin de ma licence, je ne savais pas ce que je voulais faire : quel métier, dans quelle branche je voulais me tourner etc.

Durant ma licence, je faisais partie de la plus jeune génération et à chaque fois que l’on se préparait aux concours de grandes écoles, on nous demandait de parler d’une expérience à l’étranger et tout le monde avait une expérience à l’étranger, et moi j’étais là : « À quel moment vous êtes partis à l’étranger parce que moi jusqu’à présent j’étais à l’école ?! Je comprends pas ».
Et c’est bête mais j’ai toujours eu cette idée qu’il ne fallait pas redoubler une classe, pas prendre d’année sabbatique : qu’il fallait obtenir tous tes diplômes et ensuite tu vivras ta vie. Et finalement au lieu de me lancer dans quelque chose que je n’allais pas aimer, j’ai décidé de prendre une année sabbatique où je pourrais améliorer mon anglais et je suis partie à Londres. J’ai travaillé dans un fast-food où je bossais 48h par semaine, j’étais fatiguée mais j’ai vécu ma meilleure vie : j’étais rémunérée, mes collègues étaient adorables franchement c’était une belle expérience !

Dans le long terme, tu aimerais vivre à l’étranger ?

Une fois les études finies, j’aimerais vivre à l’étranger dans un pays anglophone de préférence. J’aime bien la France mais ça va deux minutes ahah. J’aimerais également travailler dans une activité qui me permettrait de voyager un peu partout comme mes études en logistique.

Moment story-time eheh et je commence de plus en plus a adoré poser cette question. Tu as eu les cheveux rasés alors : pourquoi as-tu coupé tes cheveux et quelle sensation cela t’a procuré ?

J’aime tellement cette question et je me faire un plaisir d’y répondre ! Alors avant je mettais des mèches et j’ai vite commencer à me coiffer toute seule : crochets, tissages, en gros des coiffures où je rajoutais des mèches et surtout je kiffais changer de coiffure toutes les deux semaines. Et quand je suis arrivée au lycée, j’ai commencé à me faire des braids une coiffure protectrice et jolie et honnêtement cette coiffure m’allait très bien et il s’avère que j’étais dans un groupe de copines qui adorait me voir avec cette coupe, et j’avais une certaine reconnaissance de mes copines lorsque je faisais cette coiffure, reconnaissance que je n’avais pas lorsque je faisais une tout autre coiffure, du genre quand j’avais une toute autre coiffure, elles me disaient « Euh, elles sont où tes braids ?! Euh quand est-ce que tu te coiffes ?! ».

Et finalement, petit à petit j’ai commencé à avoir une pression sur mes épaules et j’ai commencé à me dire que j’étais belle uniquement avec mes braids, d’autant plus que c’est ma mère qui me tressait et j’ai commencé à lui mettre une pression aussi pour qu’elle puisse me faire des braids parfaites pour avoir LA reconnaissance : en gros Edwige sans ses braids c’était pas Edwige.
Parfois on se disputait parce que c’était pas fait de la manière que je souhaitais et ça a duré longtemps, pendant toute la période du lycée.

Quand je suis passée en licence en alternance, je me suis dit que c’était hors de question que je passe mes week-ends sur une chaise à faire des braids et je me suis dit qu’il fallait que je rase ma tête. D’une pour le gain de temps et surtout pour enlever toute la pression que je me mettais : se lever, aller acheter les paquets de mèches qui n’ont pas cessé d’augmenter, calculer etc. Tout simplement avec ou sans tresses je suis belle, d’autant plus que je savais que j’allais changer d’établissement, rencontrer d’autres personnes et que je n’allais pas avoir le regard de désapprobation de mes copines qui voulaient absolument que j’ai mes tresses. MAIS avant de couper mes cheveux, je suis partie avec mes copines au Maroc et elles voulaient absolument que j’aie mes braids, que j’ai faites et que j’ai enlevé dès que suis arrivée au Maroc.

Et le jour où je suis rentrée des vacances, j’ai été chez le barber et j’ai rasé : la meilleure décision que j’ai jamais prise !

Ça m’allait super bien malgré les appréhensions que j’ai eu venant de moi et de mes amies (ça va pas t’aller, t’as pas les traits fins etc) mais j’ai eu le déclic en me regardant dans le miroir et me répétant « Edwige t’es belle avec ou sans braids ». Franchement j’ai adoré raser mes cheveux, faire des traits et tout.

J’ai gardé deux ans mes cheveux rasé et là je les laisse repousser en mode nappy par envie de changement mais je n’hésiterais pas à raser à nouveau et je ne mettrais plus de mèches sur ma tête.

Le court te va réellement bien ! Je suis fan. Avant de terminer, as-tu un conseil à nous donner ?

Faites ce que vous voulez dans la vie en respectant les autres car si vous voulez réussir, assurez-vous de n’écraser personne car le karma peut se retourner contre vous et quelque chose que je dis souvent et que ma mère m’a toujours inculqué : si tu ne paies pas aujourd’hui sur Terre, ça sera plus tard là-haut. Soyez vous-même, arrêtez de vous compliquer la vie qui est déjà compliquée s’il vous plaît, surtout vous les filles avec toutes les futilités.

En faite mensonge, c’est ma dernière question : pourquoi « Call me Ibk » ?

Ça correspond au diminutif de mon premier prénom qui est… et bien tu sais pour celles et ceux qui souhaitent savoir mon premier prénom, je vous invite à venir sur ma page YouTube.

Ahaha j’adore, on fait perdurer le suspense ! Et bien merci pour tous tes précieux conseils et merci à toi de nous avoir partagé tout ton joli univers. Ça été un réel plaisir de t’interviewer !
Vous pouvez retrouver Edwige sur Instagram via son jolie feed « @call_me_ibk » et sa chaîne YouTube « Call me ibk » et Tiktok « callmeibk0 », n’hésitez pas à vous abonner et à regarder ses vidéos sans aucune modération.

Nous, on se retrouve très prochainement pour un nouvel article. N’hésitez pas à me suivre, commenter, aimer mes articles.

J’ai coupé mes cheveux

Hey hey tout le monde !

J’espère que vous portez bien ! Bon, je pense que le titre de mon article est parlant : on va parler cheveux ahah.

En septembre dernier j’ai décidé de couper mes cheveux, ce qui a valu la surprise de nombreuses personnes. Dans cet article je vais vous expliquer pourquoi je les ai coupés, quelle sensation cela m’a donné et on finira par des témoignages de d’autres nanas ! Let’s go !

Pourquoi j’ai coupé mes cheveux ?

Mmh pourquoi pas ! Ahah en vrai, cela faisait je pense depuis 5 ans que je souhaitais couper mes cheveux mais vous savez, il y a toujours cette limite où tu hésites, paniques, à l’idée de couper tes cheveux : genre l’idée est inconcevable. J’ai longuement hésité parce que j’étais partagée entre vouloir attendre que mes cheveux poussent davantage ou de les couper.

Alors attendez faisons un rapide tour capillaire de ma nature de cheveux.

J’ai les cheveux crépus mais de type 4C c’est-à-dire très crépus demandant une bonne hydratation (crème, huile et eau) pour ne pas les casser et les assécher. Avant de les couper, je les ai longuement entretenus (bon en vrai ma mère a fait le plus gros boulot, je ne vais pas vous mentir lol), j’ai fait des coiffures protectrices (tresses, coiffure au fil) et ils poussaient très bien car oui les cheveux crépus poussent mais pas à la même vitesse que les autres types de cheveux.

Toutefois, l’année où je suis partie vivre en Allemagne j’ai décidé de tenter des aventures capillaires c’est-à-dire : faire des colorations. Je voulais absolument faire une coloration mais lorsque vous avez les cheveux noirs il faut passer par une décoloration, étape que je n’ai pas faite évidemment et du coup cela n’avait jamais pris ahah. De là j’ai remarqué que mes cheveux poussaient moins vite, je galérais à les coiffer : l’idée de couper mes cheveux revenait sans cesse dans ma tête mais je n’osais quand même pas passer cette étape.

Il a fallu 1 an après mon retour de l’Allemagne pour que je décide de passer cette étape. Septembre 2019, j’ai coupé mes cheveux par envie tout simplement.

Quelques heures après avoir coupé mes cheveux

Cela faisait longtemps que je voulais les couper et je l’ai fait et je ne regrette absolument pas (même si la boss, la madré qui m’a accompagné pour couper mes cheveux n’a cessé de dire tout le long : « Tout le travail que j’ai fait sur tes cheveux fiou… »).

Mon ressenti :

Vous avez pu le comprendre : je ne regrette absolument pas.

J’avoue que quand je suis sortie de chez ma coiffeuse, ça m’a fait tout drôle de voir ma tête avec si peu de cheveux mais j’ai ressenti une sensation de satisfaction. Très peu de personnes étaient au courant de mon changement capillaire (ni même mes frères pour vous dire ahah), ça a créé de la stupeur mais je n’ai eu que des bons retours. Bon alors au début j’ai eu des « Monsieur » (niceee…) mais ban c’est pas pour autant que je vais arrêter de les couper car ce n’est pas prévu pour le moment ! D’ailleurs, j’ai enfin fait ma coloration et j’en suis ravie !

A présent, on va passer à quelques témoignages.

Pourquoi as-tu coupé tes cheveux et quelle sensation cela t’a procuré ?

Shanna
Alors la première fois que j’ai coupé mes cheveux c’était il y a peut-être 3 ans et par ENVIE de changement. Mais pour ma deuxième fois qui a eu lieu l’année dernière, c’était surtout pour un BESOIN de changement.

@flyinglotus_

La première fois c’était juste une petite coupe courte enfin très courte sur les côtés avec de la longueur au-dessus. J’ai adoré cette coupe, mais j’aime changer de tête et donc j’ai laissé repousser. C’était plus pour une envie de changement.

Par contre la deuxième fois ahah limite si j’avais pu faire une cérémonie pour ça je l’aurais fait. Ça été un moment programmé et très important pour moi que j’ai d’ailleurs partagé avec toi en Facetime (eh mais la première fois aussi t’étais là !!). Je sortais d’une période assez floue, et difficile mentalement. J’avais un ÉNORME BESOIN de changement dans TOUT. J’ai quitté ma ville, quitté mon taff et mes cheveux. La chose la plus importante pour moi à ce moment-là, était que personne mise à part un membre de ma famille, ne coupe mes cheveux. En gros, c’était soit moi soit mon frère qui aurait eu la possibilité d’assouvir ce besoin.

Au début ça fait bizarre, car cette fois c’était vraiment du 6 millimètres sur toute la tête. J’ai clairement savouré ma première douche et shampoing sans cheveux long aha. Sur cette période j’ai eu quelques « Monsieur » au lieu de « Madame » et j’ai pensé à toutes les nanas qui subissent cette réflexion H24. Eh oh ! On est en 2020 : les filles ont les cheveux courts et portent du bleu et les mecs ont les cheveux longs et portent du rose. Il va falloir se mettre ça dans le crâne. Ok boomer !?

Aujourd’hui je suis sur ma phase de repousse (yes I want my long hair back again aha*) mais je sais qu’incessamment sous peu je reprendrais ma tondeuse et cette fois ça ne sera pas pour du 6 millimètres ! Il se pourrait que je passe sur du 3 millimètres ou du 0 millimètres lorsque je serai totalement bien dans ma vie et dans mes projets.

(* Je veux à nouveau mes cheveux longs)

Je crois que j’ai ce besoin de couper mes cheveux à chaque fois que je sens que j’étouffe et il y aura toujours un élément qui déclenchera soit ce besoin soit cette envie. C’est comme si mes poumons se trouvaient sur mon crâne. Je vois le corps humain comme un arbre : les branches et fleurs d’un cerisier sont pour moi mes cheveux crépus bouclés à reflets rouges.
Pour celles qui aimeraient mais ont peur de franchir le pas, franchement faites-le ! J’ai jamais regretté, et puis c’est que des cheveux. Ça repousse et surtout ça fait du bien dans le sens où tout ce que vous avez fait subir à vos cheveux, c’est-à-dire : lissage, coloration, permanente, etc… Tout sera complètement éliminé, ça sera la renaissance de vos cheveux.

Romy
J’ai rasé mes cheveux car je souhaitais savoir à quoi ils auraient pu ressembler sans des années d’usage de produits chimiques et toxiques à leurs égards. Même si mes cheveux étaient redevenus naturels depuis au moins 2-3 ans, je ressentais ce besoin de repartir à zéro.
@romy_fbg

J’avais l’impression de stagner en termes de pousse et surtout en termes de qualité de mes cheveux malgré leur retour au naturel.

Par excuse et par peur, j’ai toujours pensé que ce genre d’acte (se raser la tête) était réservé aux autres. Mais je me suis manifestement rendue compte que j’avais autant de courage que les autres pour faire un véritable Big Chop.

Après m’être rasée le crâne, je me suis dit « ça va, ce n’est pas si moche finalement ». J’étais comme libérée d’un poids d’une préoccupation en moins. Le challenge que je redoutais tant a été réalisé.

Après réflexion, j’ai décidé de ne pas mettre de perruque et d’assumer mon geste en toute sincérité. Chose que je ne regrette absolument pas. Cela m’a grandement apporté par la suite pour de nombreuses raisons.

Avant, ainsi, qu’après avoir coupé mes cheveux, j’ai dû faire face aux réactions négatives ainsi qu’aux doutes que certain(e)s projetaient sur moi, quant à la pousse de mes cheveux.

Les cheveux de Romy après les avoir laissés repousser

Il est essentiel de faire les choses pour nous même, car ce ne sont pas les autres qui regretterons après de ne pas avoir fait ou d’avoir essayé x ou y.

De manière générale nous n’avons de toute façon pas à douter de nos actes tant qu’ils ont été faits pour nous, par nous et en toute conscience (de causes et de conséquences) !

Karine
La coupe courte a toujours été pour moi un signe d’affirmation. Je ne me sentais vraiment pas prête il y a quelques années même si je regardais toutes ces coupes d’un œil intéressé. 
@_kreen_15

Forcément, il y a toujours cette crainte des autres « Non mais tes cheveux sont tellement beaux pourquoi les couper ? »  Exactement ce sont mes cheveux, ils repousseront donc pas de problème :).

Et puis j’ai eu un déclic : mes 30 ans et un nouveau pays et je me suis dit « Si je ne le fais pas, je ne le ferais jamais ». 

Je me suis sentie extrêmement libre après ça

Aimsé
J’ai commencé à couper mes cheveux quand j’étais en moyenne section parce que ma coupe au carré me gênait quand je faisais du sport et puis j’avais tendance à mordiller mes cheveux aussi ahah. Suite à ça j’ai continué à couper mes cheveux de plus en plus courts, tout en expérimentant pleins de coupes différentes du collège au lycée.
@koktel.sombre

Mais, j’ai rasé mon crâne pour la première fois quand je vivais sur Tours. Je t’avoue que la première fois que j’ai rasé mes cheveux ça m’a fait un peu bizarre car j’étais attachée à mon ancienne coupe où j’avais uniquement les côtés rasés et de la longueur au-dessus : ça m’a fait un petit pincement au cœur ahah.

Je les ai quand même laissés repousser après ça, histoire d’avoir mon bol mais j’ai quand même décidé de les couper à nouveau et j’ai pas forcément ressenti un gros step vis-à-vis de la société car finalement durant toute ma vie j’ai arboré des coupes courtes : il fallait juste s’adapter à des surnoms débiles donnés par des gens à la limite. En gros que j’ai 6-7 centimètres ou 0.3 millimètre sur mon crâne : on me prend toujours pour un mec 😂, donc on va dire que ça ne me change pas grand-chose. On va dire que ça attire le regard d’une autre manière, les gens vont avoir tendance à se poser la question selon ma coiffure : « Euh c’est une nana ou un mec ?! ».
Tiens petite anecdote, un jour quand j’avais les cheveux rasés, il y a un mec tout gentiment qui est venu me voir en soirée en me demandant : « Je ne veux pas te vexer mais est-ce que t’as été malade, enfin tu sors d’une chimio […] ». Du coup tu vois j’ai eu au début des regards inquiets comme des regards intrigués.

Après le côté positif d’avoir les cheveux rasés c’est de ne plus à avoir checker tes cheveux s’ils sont bien en place etc, c’est plus rapide le matin et puis t’as aussi une sensation de liberté, du genre être en marge de la société et faire différemment et de casser/bousculer les normes classiques et ça se dit j’ai peut-être poussé des gens à couper leurs cheveux. Et ça permet un détachement à toutes choses d’ailleurs !

Merci beaucoup les filles pour vos témoignages, ils sont tous géniaux. J’ai adoré les lire/entendre. Et on est toutes d’accord sur une chose c’est que l’on ne regrette absolument pas cet acte et que l’on s’est toutes senties libre !

J’espère que cela vous a plu, que celles et ceux qui hésites encore à couper leurs cheveux vont passer le cap. N’hésitez pas à partager, commenter et aimer. On se retrouve vite !  ✨

Talk : Mey K

Bonjour tout le monde 😊!

J’espère que vous allez bien par ce temps de confinement et que vous prenez soin de vous et de vos proches en appliquant les bonnes mesures. On se retrouve cette fois-ci pour un article de la rubrique « Femme ».

Habituellement j’envoie mes questions par mail et on me répond soit directement sur le fichier ou par audio. Là pour le coup, j’ai aimé la tournure que ce talk a pris : elle m’avait répondu directement sur le fichier et finalement ayant été surprise par ses réponses, nous avons décidé de s’appeler ! Deux heures au téléphone, je peux vous dire que ce talk est super intéressant !

Sans plus tarder on se retrouve pour un nouvel article consacré à la Youtubeuse-modeuse Mey K. Détenant un feed Instagram original et épuré, il ne me tarde de vous faire découvrir toutes ses facettes. Bonne lecture !

Fiche d’identité
Prénom: Adimé a.k.a Mey K
Personnalité : Créative, modeuse, dénicheuse de bonnes affaires
Hobbies: Youtubeuse, voyages, food

Hello Adimé! Alors je ne te cache pas que je suis super contente de d’interviewer enfin. J’ai hâte de partager ton travail et qui tu es à tout le monde.
Adimé qui es-tu ?

Je m’appelle Adimé, j’ai 22 ans, je viens d’Orléans et j’étudie le Marketing en Ecole de commerce à Paris. Alors niveau personnalité, je suis quelqu’un d’assez extravertie : j’adore aller vers les gens, je suis très créative (le pourquoi de ma chaîne YouTube mdr) et j’ai une fascination pour les feeds Instagram (dont le mien que je soigne très particulièrement).

J’aime beaucoup rire (il paraît que ça allonge le temps de vie) et de nature curieuse, j’adore découvrir de nouvelles choses (des lieux, des cultures voire des personnes !).

Ma motivation dans la vie c’est l’amour (mdr c’est tellement cliché). Depuis que j’ai découvert que s’aimer soi-même c’est aimer les autres, j’essaye de garder cet état d’esprit en permanence (pas facile parfois), et c’est aussi l’une des raisons pour laquelle j’ai lancé ma chaîne en voulant partager mes bons plans et ma bonne humeur à tous.

Mmh j’adore, « Ma motivation dans la vie c’est l’amour ». Romantique la Adimé ! C’est pour ça que j’adore ton univers. D’ailleurs, on a une passion commune toutes les deux : la mode. On ne va pas le nier ahaha.

Mais dis-moi d’où cela t’est-il venu ce goût pour la mode ? Des inspirations spécifiques ?

Alors la mode c’est une passion que j’ai depuis toute petite. Je ne peux même pas l’expliquer j’ai ça dans le sang ! J’ai toujours été coquette, donc quand ma mère m’achetait des nouvelles robes/jupes j’étais trop heureuse (je suis super girly aha).

Pour moi la mode est une forme d’art et dès que j’ai un coup de cœur pour un look j’en ai des frissons, sans rire aha. Mes inspirations du moment c’est les looks vintages des années 90/2000.

J’aime cette idée que toutes les modes cohabitent en 2020 et que chacun n’ait plus qu’à choisir le sien.

Honnêtement comme beaucoup d’autres nanas, tu es inspirante par ta personnalité et tes looks. D’autant plus que tu as fait de nombreux voyages dont l’Asie. Dis-nous en plus !

Aha merci. Alors j’ai eu l’occasion de voyager en Corée du Sud et au Japon il y a 2 ans. Comment dire c’était LE VOYAGE de ma vie !

Je suis allée à Séoul en échange universitaire durant un mois et j’ai été frappée par mon ignorance. Je dis ça dans le sens qu’en tant que française on a toujours cette imaginaire que les pays « du Nord » sont plus avancés etc… Mdr lorsque j’étais à Séoul, je me suis vite rendue compte qu’on était en retard sur beaucoup de choses en France (en termes de services ou avancées technologiques).

J’ai été agréablement surprise par l’accueil (les gens sont serviables et bienveillants), la nourriture est délicieuse, l’histoire du pays est folle (il y a des temples en pleine ville !) et les paysages sont incroyables.

J’ai été au Japon (Tokyo) pendant 5 jours et je n’ai pas été déçue. J’aimerais y retourner pour visiter d’autres villes.

Ton voyage a eu l’air d’avoir été une expérience très enrichissante ! Tu as eu la chance de faire ton stage à Londres pendant quelques temps. Alors petite question tricky* : team mode londonienne ou asiatique ? Et pourquoi ? (*tricky = délicat)

Ahaha team mode asiatique ! J’ai toujours préféré la mode asiatique, en particulier la mode coréenne parce qu’ils sont très avant-gardistes, je me suis rendue compte que toutes les modes qu’on retrouve aujourd’hui je les avais déjà observées en Corée (dans des dramas coréens ou clips de kpop).

Cependant, j’aime bien ce côté excentrique des anglais !

Ils s’habillent comme ils le souhaitent sans jugement et pour moi c’est l’essence même de la mode c’est-à-dire une prolongation de ta personnalité.

Depuis 2019, tu as lancé ta chaîne YouTube. Déjà, chers lectrices et lecteurs je vous recommande vivement d’aller regarder ses vidéos : elles sont géniales ! Que des bons conseils avec des touches d’humour. Cliquez sur ce lien : Mey K.

Bon c’était la minute pub ahah mais d’où t’es venue l’envie de lancer ta chaîne YouTube et pourquoi « Mey K »?

Déjà merci pour cette superbe pub aha. Alors je méditais et pouf je me suis dit je vais créer ma chaîne YouTube (je t’assure je méditais mdr) ! Quand j’étais en Angleterre c’était la première fois que je me retrouvais vraiment seule et j’ai appris à me retrouver.

J’étais prête psychologiquement à me lancer car j’avais assez confiance en moi. J’ai décidé que moi aussi j’avais des choses à partager avec le monde entier donc j’ai lancé ma chaîne, sans domaine spécifique au début, mais elle est désormais consacrée à la mode éco-responsable (seconde main, friperie etc) afin de montrer à tous qu’on peut être stylé avec 3 fois rien.

Pour le nom de ma chaîne c’est parce que mon prénom est Adimé mais sur les réseaux je l’écris Adimey et du coup je l’ai raccourci. Et pour le K, tu vas rire mais c’est parce que je devais mettre un nom de famille et je savais pas quoi mettre 😂, alors j’ai mis un K ahah.

Non mais les amis, si vous n’allez pas regarder ses vidéos sur YouTube avec tous ces arguments, je ne vous comprends plus ahah. Non réellement sa chaîne vaut le détour et de s’abonner.

Bon on arrive à l’une de mes questions favorites, qui est : as-tu une histoire à nous partager ?

J’ai été victime d’hyper anxiété durant 4 ans qui s’est traduite par des insomnies chroniques. Ça a duré de ma 1e au lycée à ma dernière année de prépa. Et c’est super bête mais je trouve que le sujet d’anxiété reste assez tabou actuellement et plus particulièrement chez les familles africaines.

Cette expérience a été très difficile pour moi : j’étais toute jeune, j’arrivais pas forcément à gérer la situation puis surtout je commençais à être de plus en plus fatiguée et ça a empiété sur mon parcours scolaire. J’ai retourné la situation pour trouver des solutions et c’est à ce moment-là aussi que j’ai commencé à regarder sur Internet comment régler ces troubles d’anxiété : tu essaies de dissocier les bonnes informations des mauvaises, enfin bref un long chemin pour bien analyser ta situation.

J’ai testé des médicaments pour m’aider à m’endormir mais ça n’a eu aucun effet sur moi : je me suis sentie condamnée à être insomniaque à vie… mais c’était FAUX !

« Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera » disait Victor Hugo.

J’avais lu sur un internet comme quoi des spécialistes pouvaient t’aider et c’est bête mais au début j’étais réticente comme si je passais ce stade, quelque chose de négatif allait m’arriver alors que pas du tout. J’ai eu le déclic qu’il me fallait de l’aide de quelqu’un extérieur à mon entourage quand j’avais essayé toutes les alternatives possibles. Alors c’est de là que je me suis faite aidée en allant voir un spécialiste, une sophrologue pour ma part, et petit à petit je me suis guérie. Et aujourd’hui ça va beaucoup mieux.

J’aimerai faire une vidéo sur ce sujet un jour car on néglige trop souvent notre santé mentale.

Merci pour ce témoignage. Quel serait ton conseil d’ailleurs ?

Déjà si vous souffrez de troubles d’anxiété, PARLEZ-EN. Réellement ce n’est pas une honte ou quoique ce soit, il faut en parler. Tout d’abord à votre entourage, c’est une première étape, mais si vous pouvez en parler à une personne externe/neutre ça sera un plus (et le plus tôt possible) : ça vous libérera d’un poids.

Et autre conseil : croyez en vous et écoutez votre cœur 😉. Si vous souhaitez accomplir quelque chose, vous, mieux que personne ne sait ce qui vous rend heureux.

Merci pour ce fabuleux conseil et merci à toi Adimé de nous avoir partagé tout ton univers. J’ai été ravi de t’interviewer !
Vous pouvez retrouver Adimé sur Instagram via son jolie feed « @ _adimeey » et sa chaîne YouTube « Mey K », n’hésitez pas à vous abonner et à regarder ses vidéos sans aucune modération.

Nous, on se retrouve très prochainement pour un nouvel article. N’hésitez pas à me suivre, commenter, aimer mes articles !

TALK: Emeline

Hello tout le monde,

En cette jolie date du 8 mars, journée de la femme, on se retrouve pour un article consacré à l’une de mes amis les plus proche et qui sera sous forme de talk. Je vous laisse découvrir son univers. Let’s go!

Fiche d’identité:

Prénom: Emeline
Personnalité: Curieuse, créative, gentille, déterminée
Hobbies: Voyages, photographie

Salut Emeline ! Tout d’abord, je te remercie pour ta participation à ce petit talk. Hâte que tu nous en dises un peu plus sur toi.
Emeline, qui es-tu ?

Hello tout le monde,

Alors je m’appelle Emeline, j’ai 21 ans. J’aime bouger, voyager, faire des nouvelles rencontres et découvrir de nouvelles choses. D’ailleurs je pense que mon parcours scolaire peut en témoigner. Après mon lycée à Orléans, je suis allée à Tours pour deux ans pour faire un DUT Techniques de commercialisation. Celui-ci à révéler mon attrait pour le Marketing et la Communication. Ainsi, pour continuer sur cette lancée, j’ai décidé d’aller à Montpellier et d’intégrer en troisième année « Montpellier Business School ». Actuellement en Master 1, je suis en Erasmus à Riga pour 1 an.

Bon, pour ceux qui ne le savent pas, Riga est la capitale de la Lettonie située dans les Pays Baltes. Même si au premier abord, cette destination ne fait pas rêver (je vous l’accorde ahah), je ne regrette absolument pas mon choix, et j’espère que l’article de Fabiola sur la Lettonie qui arrive très prochainement vous donnera envie de visiter Riga. J’ai choisi la Lettonie pour deux (trois) raisons. La première étant que les Pays de l’Est m’intriguaient, la deuxième est la possibilité de pouvoir voyager dans tous les pays qui sont aux alentours à moindre prix. Pour le moment j’ai visité Tallinn (Estonie), Helsinki (Finlande), Oslo (Norvège), et Stockholm (Suède). Et j’ai encore plein de voyages en perspective… ! Vous l’aurez donc compris je suis une travel addict ahah. (Et la troisième raison est qu’après avoir effectué un test d’anglais dans mon école, mon niveau d’anglais qui était moyen avant d’arriver à Riga, ne m’a pas permis d’avoir beaucoup choix de destinations).

Wow, tant de choses ! Génial ! Et actuellement, tu es en Lettonie pour un Erasmus. Parle-nous un peu plus de cette expérience.

Comment décrire Erasmus… une expérience juste incroyable ! Basée sur des rencontres, des découvertes des voyages, des sorties, des activités… (bon je pourrais parler des cours mais je ne retiendrais pas ça de mon expérience haha).

Arrivée en septembre 2018, ma vie a commencé à aller à 2000 à l’heure à partir du moment où j’ai posé le pied à l’aéroport de Riga. J’ai eu la chance de découvrir très rapidement des personnes qui sont devenues mes piliers ici, et sans qui, mon aventure n’aurait absolument pas été la même. Ensemble, nous avons voyagé dans la Lettonie à la découverte des parcs nationaux, et nous avons voyagé dans d’autres pays. Dernier point et pas des moindres, Erasmus life = soirées ! Donc il est vrai que nous allons en soirée très régulièrement donc pas le temps de s’ennuyer ahah.

Ce que je retiendrais surtout de mon Erasmus c’est toutes les personnes que j’ai rencontrées et que je rencontre encore (espagnol, tchèque, italien, croate, allemand, français, allemand, lettons etc.). C’est fou à quel point ça aide à ouvrir son esprit à de nouvelles choses. Je quitte la Lettonie fin mai et je pense que ça sera un déchirement de quitter les personnes avec qui j’ai passé mon année et de quitter cette vie complètement hors du commun. Le comeback en France va être très dur ahah. Petite déprime en perspective :p !

Ahah, Erasmus life! Cela me rappelle de bons souvenirs de mon Erasmus. Et tous tes voyages effectués donnent envie de s’évader. Une ou des prochaines destinations en vue ?

Bien sûr ! Je ne veux plus m’arrêter de voyager, il y a tellement de choses à voir et à découvrir sur cette planète. Je prévois de faire pendant mon Erasmus, Saint-Pétersbourg et Moscou (Russie), et Vilnius (Lituanie).  Et d’ici une semaine, je vais faire l’une des destinations de mes rêves… LA LAPONIE !!

A peine terminé mon Erasmus en Mai, je m’envolerais pour Porto et Lisbonne (Portugal) avec des amies, pour quelques jours.

L’année scolaire prochaine j’effectue une année de césure avec un stage de 6 mois en France (pour réalimenter mon compte en banque ahaha), puis je compte faire 6 mois de stage à l’étranger. Dans l’idéal, je souhaiterais partir avec Fabiola (hehe) ! Peut-être aux Pays-Bas, mais la destination n’est pas encore certaine.
Enfin, mon rêve serait également d’avoir une expérience au Canada dans le futur.  Non pas que j’aime le froid hein, mais les pays du Nord m’intriguent.

Ahah, elle vient de vous spoiler que j’aimerai partir l’an prochain avec elle ! To be continued. J’ai vu que l’un de tes hobbies est la photographie. D’où t’es venue cette passion pour la photographie ?

En effet, j’adore la photographie et plus particulièrement les photos de voyages (on se demande pourquoi ahaha). Dès l’âge de 15 ans, mon père m’a offert mon premier appareil photo, un Reflex. Je ne pouvais plus m’en passer surtout pendant mes premiers vrais voyages en Croatie et en Andalousie. C’est un plaisir de photographier des endroits qui sont absolument sublimes. Je sais que rien n’est plus beau que de voir par nos propres yeux les endroits, mais j’aime tellement regarder des photos de voyages (j’aime vraiment Instagram pour ça d’ailleurs), elles me donnent encore plus envie de découvrir le monde !

As-tu une petite histoire (anecdote) à nous partager ?

Le Blog de Fabiola est dédié aux histoires concernant la femme, leurs soucis, leurs vies etc. Et donc j’ai bien une histoire qui me vient en tête, bien qu’elle ne soit pas très joyeuse, je souhaite la partager à toutes les personnes et plus particulièrement aux femmes qui peuvent être parfois un peu naïves.

Durant mon Erasmus il m’est arrivé une histoire pas agréable du tout. Lors de mon premier semestre j’ai fait la connaissance d’étudiants hyper cools et dont je pensais que je pouvais avoir confiance. Je pensais bien les connaître après tous les moments que nous avions passés ensemble. Mais il s’est avéré qu’un soir l’une de ces personnes (un homme) m’a proposé de le rejoindre lui est ses ami(e)s dans un bar que je connaissais bien. Je ne me suis absolument pas méfiée, (comme j’avais l’habitude de faire des soirées avec eux), j’y suis allée et j’ai à peine eu le temps de rentrer dans le bar que cette personne est venue me trouver et m’a dit que nous allions tous chez lui faire un « after party ».

De là, il a commandé un taxi pour lui et moi, ce que j’ai trouvé bizarre, mais il m’a promis que ses potes allaient venir avec nous… Arrivé chez lui, quelques minutes/ heures plus tard, la personne en qui je pensais avoir confiance et qui était censé être mon pote, s’est transformée en la pire personne que j’ai rencontré de ma vie et qui me dégoûte. J’ai très vite compris qu’il m’avait menti et que personne d’autre n’allait venir.
Il a voulu me faire boire de l’alcool que j’ai bien sûr refusé, ensuite il m’a empêché de prendre mon téléphone pour que je commande un taxi et que je rentre chez moi ou pour même appeler mon coloc. Je lui ai dit clairement que je ne voulais pas être seule avec lui, que je n’étais pas à l’aise (mon niveau d’anglais à l’époque n’étant pas très bon j’avais peur de ne pas me faire comprendre) mais je pense que le mot « NO » est international. Il faut savoir que cette personne est imposante par sa carrure donc j’avais peur que s’il m’arrivait un truc, ou que s’il allait plus loin je ne puisse pas me défendre …  

Bref, il a voulu me faire boire, danser avec moi, je refusais… mais il est devenu très, voire trop, entreprenant avec moi et a essayé de m’embrasser, a été beaucoup trop tactile bien que je le repoussais du mieux que je pouvais… j’avais l’impression d’être avec un animal. Lorsque j’ai enfin réussi à m’écarter de lui, j’ai attrapé mon téléphone et j’ai réussi à prendre mon taxi au plus vite.

Cette nuit-là, j’ai eu très peur de ce qui aurait pu m’arriver car je me sentais vraiment impuissante face à cette situation. Heureusement que ça n’a pas été plus loin et que j’ai réussi à partir à temps.

Le lendemain cet homme à oser me demander si je l’avais dit à des gens, ce que j’avais dit, et à qui ! Il m’a également demandé de ne pas en parler. S’il pensait que j’allais encore l’écouter, et bien il se trompait ! La preuve, je vous fais part de cette histoire et surtout je ne voulais absolument pas que ça arrive à l’une de mes copines ici qui était amie avec.

Merci pour ce témoignage et je suis sûre que ce n’a pas été facile d’être dans cette situation.
Quel serait ton conseil d’ailleurs ?

Ne pas faire vite confiance aux gens, même si on croit les connaître. Ne pas être trop naïve comme j’ai pu l’être cette nuit-là ; je m’en voulais terriblement après.

J’ai eu la chance d’avoir l’un de mes meilleur ami d’Erasmus à mes côtés quand j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps tellement j’ai eu peur, j’en voulais à la terre entière et plus particulièrement aux hommes.

Mon second conseil est si possible, d’en parler. Personnellement ça m’a beaucoup aidé à penser à autre choses et à être plutôt révoltée que triste. Et ça permet aussi, parfois, d’éviter que ça arrive à d’autres personnes qui connaissent également cette personne.

Il est important pour moi de parler de cette histoire parce que je suis révoltée que ce genre de choses arrive. Alors oui, le pire ne met pas arrivé et heureusement mais pour moi ce genre d’histoires doit être partagé car on pense trop souvent que ça n’arrive qu’aux autres.
Aujourd’hui, je ne pense pas être complètement guérie de cette histoire car il m’arrive de le croiser encore dans certaines soirées. Et puis dès qu’en soirée un homme tente de se rapprocher de moi et à être entreprenant, je pars car j’ai toujours les images traumatisantes de cette nuit-là dans ma tête et je ne peux plus laisser ça m’arriver à nouveau ! Et d’ailleurs ça ne devrait arriver à personne !

Je suis complètement d’accord avec toi. D’ailleurs, peu importe la situation, lorsqu’une personne refuse quelque chose, il faut respecter sa décision.
Je sais que cette histoire t’a marqué et que ça te tenait à cœur de la partager avec nous et je t’en remercie. Et puis merci Emeline de nous avoir aussi partagé tout ton univers. Ce fut un plaisir de t’interviewer !

Merci beaucoup Fabiola pour cet interview, j’espère qu’elle sera intéressante à lire pour vous.

Vous pouvez retrouver Emeline sur Instagram via son feed «https://www.instagram.com/em_lyne/ » qui est bourré de jolies photos.

Nous, on se retrouve très prochainement pour un article consacré à la Lettonie car oui j’ai eu la chance d’aller lui rendre visite récemment. N’hésitez pas à me suivre, commenter, aimer mes articles.

Me, myself and I

Hello tout le monde,

Bienvenue dans mon univers! Avant toute chose je vais vous présenter le concept de mon blog puis après je vais me présenter.

Ce blog sera principalement axé sur des rubriques mode (outfit & sneakers), bons plans (voyages, restaurants, découvertes de cafés et autres) et enfin une, qui sera consacrée à la femme avec des témoignages et des petites histoires.

Alors, pourquoi ces univers ?

Pour la mode, je dirai que depuis que je suis toute petite, dû à l’influence de ma famille, j’ai été poussée à aimer le monde de la mode et plus particulièrement la basket. Je pourrai me qualifier de mini « sneakers addict » ahah ! Mais en vrai j’adore tout l’univers de la mode, les vêtements, les chaussures, les accessoires. C’est pour ça que dans cette rubrique j’aimerais partager mes tenues et pas que les miennes, mes coups de cœur et mes « wishlists ».

Nike Mayfly Woven Sable
Nike Blazer City Low

Pour le côté bon plan, il regroupera des bonnes adresses pour des restaurants, cafés, bars aussi bien en France que durant mes voyages. Oui, vous le verrez au fur et à mesure mais j’adore voyager, que ce soit en Europe ou en dehors ; donc je partagerai avec vous mes voyages et mes petites découvertes.

La fameuse rubrique « Femmes » est l’espace où j’aimerais partager des témoignages de nanas sous forme d’échange/interview. Dans l’idée il s’agira de les présenter en mettant en avant ce qu’elles sont, leurs hobbies, avec une petite histoire qu’elles ont vécue et qu’elles souhaitent partager avec vous ! Et vous savez quoi, je vais montrer le concept en commençant par moi !

Michelle Obama, Devenir (Becoming)

Qui suis-je ?

Je me présente, je m’appelle Fabiola et je suis l’administratrice de ce blog. J’ai voulu monter un blog car mon frère et des amis m’ont poussé à le faire. Cet univers m’a toujours attiré mais vu que je suis une petite flemmarde et que je ne voulais pas me surcharger de travail, j’ai de nombreuses fois abandonné l’idée d’en créer un ahah.

Quels sont mes hobbies ?

Alors tout d’abord j’adore voyager et découvrir de nouveaux lieux que ce soit en France et à l’étranger. Je pense que les voyages sont une bonne source d’enrichissement. J’ai eu la chance de voyager un peu partout et d’avoir vécu en Allemagne pendant 1 an (Erasmus).

L’un de mes hobbies est la danse Hip-hop, et plus particulièrement la House. Mais tout l’univers de la danse me plaît énormément, encore une fois tu peux vite t’enrichir sur le plan personnel.

Comme je l’ai dit un peu plus haut, j’aime également la mode. J’ai eu la chance de bosser dans une boutique Parisienne, Colette (merci frérot) où mon attirance pour la mode s’est encore plus développée.

Bien évidemment, la nourriture, la photographie font partis de mes hobbies.

Alors pourquoi « Fabiola » comme nom de blog ?

Honnêtement, je ne voulais pas avoir un nom de blog qui pouvait me lasser et surtout j’en voulais un qui me corresponde d’où Fabiola parce que bon, si je me lasse de mon prénom ça s’annoncera compliqué là ahah.

Quelle est ma petite histoire à partager ?

Cette histoire se passe à Hambourg pendant l’année de mon Erasmus. Je revenais de mon baby-sitting et j’avais pris le métro pour rentrer chez moi. Rien de plus banal me direz-vous sauf que chemin faisant j’ai entendu des personnes qui étaient dos à moi, parler assez fort. Au début, je m’étais dit que c’était normal, ces personnes étaient en train de parler mais rapidement le ton est monté très fort.

Je me suis donc retournée pour voir ce qu’il se passait. Il s’agissait de deux femmes qui étaient en train de se faire agresser verbalement par un homme alcoolisé, bouteille de bière à la main. Il se plaignait en leur disant qu’elles parlaient, riaient trop fort. Pour calmer le jeu, les femmes ont répondu que oui elles avaient compris sauf que l’homme bien trop alcoolisé, a commencé à les agresser en titubant avec sa bouteille de bière en verre. Tout le monde dans le métro était en train de regarder la scène sans trop réagir, mis à part deux jeunes hommes qui ont essayé de calmer le jeu. Je ne sais pas, probablement par instinct, je me suis levée pour voir si je pouvais aider les femmes ou quoique ce soit. J’ai donc appuyé sur le bouton de secours qui stoppe instantanément le métro. Lorsque vint le conducteur j’ai eu du mal à me faire comprendre en Allemand 2.0 ; le conducteur ne m’a pas compris du tout. Entre-temps les nanas sont descendues à la station où le métro s’était arrêté, en même temps que moi ; elles ont appelé la police sauf que l’homme alcoolisé est aussi sorti derrière nous et nous a poursuivi plus agressif que dans la rame. Le voyant se diriger vers moi j’ai eu vraiment peur. L’angoisse totale ! Finalement il ne m’est rien arrivé car je me suis vite écartée de son chemin ; je pense qu’il commençait à fatiguer sous l’effet de l’alcool.

Finalité, rien n’est arrivé aux filles et à moi !

Quel est mon conseil ?

Peu importe la situation que vous vivez, ne vous mettez pas en danger mais si vous avez l’opportunité d’aider peu importe la manière, coup de fil à la police, filmer la scène pouvant servir comme preuve, faites-le. Honnêtement c’était risqué d’intervenir ainsi mais peut-être que ça a amoindri la situation qui sait.

C’est tout pour moi avec mon long monologue. N’hésitez pas à me faire des retours, des suggestions ou même si l’une des lectrices est intéressée pour témoigner, bien évidemment je serai ravie de partager votre témoignage. Et un grand merci à Emeline pour la relecture et les corrections de mon écrit pour ce premier article.

Fabi